Elections régionales de 2021 en Normandie

Hervé Morin bénéficie d’une notoriété solide et devance les autres candidats

L’actuel Président de la région Normandie Hervé Morin (85%) est connu – au moins de nom – par une large majorité des normands inscrits sur les listes électorales (85%), et dispose d’une notoriété qualifiée (connait « bien », 51%) plutôt élevée.

Il devance assez nettement Nicolas Bay qui est connu au moins de nom par une majorité des électeurs (61%) mais qui dispose d’une notoriété qualifiée plus fragile (24% connait bien).

Près de 4 électeurs sur 10 connaissent au moins de nom Sébastien Jumel (41%) et près d’1 sur 4 Laurent Bonnaterre (25%) et Mélanie Boulanger (24%).

Stéphanie Kerbarh (15%) et Pascal Le Manach (14%) ne sont connus que par une minorité d’électeurs normands.

A noter que Laurent Bonnaterre (44% des sympathisants LREM le connaissent au moins de nom) et Mélanie Boulanger (35% des sympathisants de gauche) ne disposent que d’une notoriété partielle dans leur camp.

Au-delà même de son socle électoral, les électeurs normands ont plutôt une bonne image d’Hervé Morin. Nicolas Bay a une image plus clivante.

59% des électeurs ont une image positive d’Hervé Morin, 25% une image négative et 15% ne la connaissent pas.

Hervé Morin bénéficie d’une très bonne image dans son camp (85% d’image positive chez les électeurs F. Fillon et 80% chez les sympathisants de droite). Au-delà de son socle électoral, il bénéficie également d’une image plutôt positive chez les électeurs d’Emmanuel Macron du 1er tour de la présidentielle (61%, et 78% chez les sympathisants LREM), mais aussi chez les électeurs de gauche (Benoît Hamon 58%, Jean-Luc Mélenchon 53%) et chez les électeurs de Marine Le Pen (55%).

L’image de l’actuel Président de la Région est majoritairement positive au sein de toutes les catégories de population, et l’est particulièrement chez les 65 ans et plus (70% positive, 24% négative).

Les électeurs normands sont plus partagés à l’égard de Nicolas Bay : 28% en ont une image positive, 32% une image négative (et 39% ne le connaissent pas).

Si les électeurs de Marine Le Pen (56% positive, 9% négative) ont une image plutôt positive du candidat RN, les autres électorats à l’inverse en ont majoritairement une négative (jusqu’à 55% chez les électeurs d’E. Macron).

Chez les moins de 35 ans, Nicolas Bay bénéficie d’une image plutôt positive chez ceux qui le connaissent (31% positive, 17% négative, 52% ne connaissent pas), une opinion qui décline avec l’âge, jusqu’à 27% d’opinions positives et 45% négatives chez les 65 ans et plus.

Enfin, son image est meilleure chez employés et ouvriers (30% positive, 23% négative) que chez les cadres (28% positive et 43% négative) et les professions intermédiaires (28% et 33%).

Du fait de leur faible notoriété, les autres candidats possèdent une image plus fragile : Sébastien Jumel (23% positive, 17% négative), Laurent Bonnaterre (14% et 10%), Mélanie Boulanger (14% et 10%), Pascal Le Manach (7% et 7%), et Stéphanie Kerbarh (7% et 7%).

Une majorité des électeurs de Normandie sont satisfaits de l’action d’Hervé Morin et de son équipe à la tête de la Région

59% des électeurs normands sont satisfaits de l’action d’Hervé Morin et de son équipe, dont 52% assez satisfaits et 7% très satisfaits. A l’inverse, 40% ne sont pas satisfaits, dont 32% pas vraiment satisfaits et 8% pas du tout satisfaits.

Une majorité de normands au sein de toutes les catégories de population et électorats du 1er tour de la présidentielle se disent satisfaits de l’action de l’équipe à la tête de la Région : 76% des électeurs de F. Fillon, 66% E. Macron, 54% B. Hamon, 54% M. Le Pen et 53% J.-L. Mélenchon.

Priorité du prochain président de région : économie (emploi et pouvoir d’achat), sécurité et santé

A moins de 2 semaines du premier tour, les électeurs de Normandie placent l’emploi, le développement économique et la formation en tête des priorités d’action pour le prochain Président de la région (41% des citations, dont 18% en 1er).

Près de 3 électeurs normands sur 10 évoquent ensuite la sécurité (31%), la santé (30%), et le pouvoir d’achat (27%), un enjeu particulièrement important pour les employés et ouvriers (39%) et les 25-34 ans (35%).

Après ces 4 thèmes, près d’1 électeur sur 5 cite l’environnement (22%), l’éducation (22%), l’aménagement du territoire, les infrastructures et l’urbanisme (20%).

Les inégalités et injustices sociales (16%), les transports (15%), l’immigration (15%) et la fiscalité (12%) doivent être les priorités du prochain Président de Région pour 1 à 2 électeurs sur 10.
Enfin, 1 électeur sur 10 ou moins placent en tête des priorités du prochain Président l’agriculture et l’alimentation (10%), le logement (9%), la vie culturelle et les animations (6%), les inégalités et discriminations hommes-femmes (6%), le tourisme (6%) et le sport (2%).

Les électeurs potentiels d’Hervé Morin au 1er tour évoquent en priorité l’emploi, le développement économique et la formation (49%), l’aménagement du territoire (34%) et la sécurité (33%).

Les électeurs potentiels de Nicolas Bay placent la sécurité (55%) et l’immigration (49%) loin devant tous les autres thèmes.

Ceux de Laurent Bonnaterre positionnent l’emploi, le développement économique et la formation (55%) largement en tête des priorités du prochain Président de région.

Ceux de Mélanie Boulanger citent l’environnement (53%) devant l’emploi, le développement économique et la formation (47%).

Enfin, les priorités des potentiels électeurs de Sébastien Jumel sont l’emploi (39%), le pouvoir d’achat (34%), la santé (34%), les inégalités et injustices sociales (33%) et l’environnement (31%).

Au 1er tour, Hervé Morin (31%) devance d’une courte tête Nicolas Bay (27%) dans les intentions de vote exprimées

Hervé Morin est crédité de 31% des intentions de vote exprimées.

Le Président sortant ferait un bon score dans son camp et obtiendrait les voix de 2 électeurs sur 3 de François Fillon (67%), mais il s’agit d’une mobilisation partielle car près d’un quart d’entre eux (24%) voterait pour Nicolas Bay.

En revanche, Hervé Morin dispose de réserves de voix en dehors de son socle : 1 électeur sur 4 de Jean-Luc Mélenchon (parmi ceux qui envisagent sérieusement ou avec certitude de se déplacer aux urnes et qui ont exprimé une intention de vote) pourrait voter pour lui (26%), 1 électeur sur 5 d’Emmanuel Macron (20%) et un peu moins de ceux de Benoît Hamon (14%). Enfin, Hervé Morin bénéficierait d’une mobilisation assez élevée des abstentionnistes qui ont exprimé une intention de vote (47% des abstentionnistes en 2017, et 50% en 2015). Il réaliserait un bon score chez les 65 ans et plus (37%).

La liste menée par Nicolas Bay et soutenue par le Rassemblement National est 2ème des intentions de vote avec 27%.

Il bénéficierait du soutien massif de son camp (89% des voix des électeurs de Marine Le Pen, et 96% des sympathisants Rassemblement National), et d’un soutien d’une partie des électeurs de François Fillon (24%). Il disposerait toutefois d’aucune réserve de voix ailleurs. A date, Nicolas Bay serait le premier choix des hommes (32%), des moins de 35 ans (32%) et des catégories populaires (42%).

Nettement derrière ce duo de tête, la liste menée par Mélanie Boulanger (PS, EELV, Génération.s) est à 16%. Elle bénéficierait d’un assez bon soutien des électeurs de Benoît Hamon (62%) et serait le premier choix des sympathisants de gauche (43%, contre 30% pour S. Jumel). Au-delà de son socle, elle bénéficierait d’une mobilisation d’une partie des électeurs d’Emmanuel Macron (24%) et de Jean-Luc Mélenchon (22%).

Sébastien Jumel (PCF) serait à 10%. Il pourrait compter sur le soutien de 4 électeurs sur 10 (40%) de Jean-Luc Mélenchon.

Laurent Bonnaterre (LREM, MoDem, Agir) est crédité de 13% des voix. Il n’obtiendrait les voix que d’1 électeur sur 2 d’Emmanuel Macron (48%), les autres exprimant une intention de vote en faveur de M. Boulanger (24%) et d’H. Morin (20%).
Les autres listes sont créditées de moins de 3% des intentions de vote exprimées.

Les potentiels électeurs de Nicolas Bay (87% sûrs de leur choix), d’Hervé Morin (77%) et de Sébastien Jumel (75%) sont les plus certains de leur choix, alors que ceux de Laurent Bonnaterre (66%) et de Mélanie Boulanger (58%) plus hésitants.

Au 2nd tour, quadrangulaire : Hervé Morin (31%) légèrement devant la liste de gauche (27%) et Nicolas Bay (27%), Laurent Bonnaterre distancé (15%)

En cas de triangulaire, l’avance d’Hervé Morin est plus nette (42%-41%)

Tête de liste à gauche : pas d’écart entre M. Boulanger et S. Jumel

  • Hypothèse liste de gauche menée par Mélanie Boulanger

Dans la configuration d’une quadrangulaire (M. Boulanger, L. Bonnaterre, H. Morin, N. Bay,), Hervé Morin est légèrement en tête des intentions de vote exprimées (31%). Il devance la liste de gauche menée par Mélanie Boulanger (27%) et Nicolas Bay (27%). Laurent Bonnaterre serait largement distancé (15%).

Chacune de ces listes bénéficierait du soutien massif de leurs potentiels électeurs du 1er tour, sans bénéficier de réserve de voix en dehors.

Dans la configuration d’une triangulaire (M. Boulanger, H. Morin, N. Bay,) dans l’hypothèse d’un retrait de la liste menée par Laurent Bonnaterre, l’avance d’Hervé Morin dans les intentions de vote est plus nette (42%). Mélanie Boulanger est à 30% et Nicolas Bay à 28%. Cette avance s’explique par un fort soutien des potentiels électeurs de Laurent Bonnaterre du 1er tour qui, sans leur candidat au 2nd tour, voteraient principalement pour le Président sortant (62%).

  • Hypothèse liste de gauche menée par Sébastien Jumel testée en raison des marges d’erreur et du faible écart au 1er avec Mélanie Boulanger. Cette hypothèse est, à date, moins probable compte-tenu du rapport de force actuel.

Dans la configuration d’une quadrangulaire (S. Jumel, L. Bonnaterre, H. Morin, N. Bay), Hervé Morin est légèrement en tête des intentions de vote exprimées (31%), devant Sébastien Jumel (27%) et Nicolas Bay (27%). Laurent Bonnaterre serait largement distancé (15%).

En cas de triangulaire (S. Jumel, H. Morin, N. Bay), Hervé Morin est crédité de 41% des intentions de vote, devant Sébastien Jumel (31%) et Nicolas Bay (28%).

Télécharger le rapport : Elections régionales de 2021 en Normandie

Crédits image : Flickr / Tonio Vega

________________________________________________________________________________

ELABE rappelle que les résultats de ce sondage doivent être interprétés comme une indication de l’état du rapport de force politique actuel en Normandie dans la perspective de l’élection régionale de juin 2021. Ils ne constituent en aucun cas un élément prédictif des résultats le jour du vote.

La notice de ce sondage peut être consultée sur le site internet de la Commission des sondages : www.commission-des-sondages.fr

Toute publication ou toute reprise de ce sondage doit faire figurer la méthodologie et les marges d’erreurs :

« Echantillon de 1 145 personnes représentatif des résidents de Normandie âgés de 18 ans et plus, dont 1 005 inscrits sur les listes électorales. Interrogation par Internet du 31 mai au 5 juin 2021.

La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, département de résidence et catégorie d’agglomération.

Marge d’erreur comprise entre 1,4 et 4 points de pourcentage. »