Intentions de vote présidentielles – Vague 2

Alain Juppé, seul candidat LR à devancer Marine Le Pen en termes d’intentions de vote

Sur les huit hypothèses de premier tour testées dans la perspective de l’élection présidentielle du printemps 2017, Alain Juppé est le seul candidat LR à devancer Marine Le Pen. Ainsi dans l’hypothèse où la candidature écologiste serait portée par Cécile Duflot, le Maire de Bordeaux est crédité de 39% des intentions de vote exprimées (inchangé par rapport à avril) et devance de 13 points Marine Le Pen (26%, inchangé). Si son score s’avère un peu moins élevé dans l’hypothèse d’une candidature écologiste portée Nicolas Hulot, Alain Juppé conserve toutefois une confortable avance : 37% des intentions de vote exprimées contre 26% pour la présidente du Front national.

François Hollande disqualifié dans toutes les hypothèses

Présent dans chacune des huit hypothèses de premier tour testées dans notre enquête, François Hollande se trouve systématiquement relégué en troisième position, largement distancé par le candidat LR (quel qu’il soit) et Marine Le Pen, avec des scores oscillant entre seulement 12% et 15%. A titre d’exemple, dans l’hypothèse d’une candidature LR portée par Nicolas Sarkozy et d’une candidature écologiste portée par Cécile Duflot, le chef de l’Etat est crédité de 15% des intentions de vote exprimées, en baisse de 3 points par rapport à avril, contre 25% pour son prédécesseur (en hausse de 2 points) et 27% pour Marine Le Pen (+1). Toujours en cas de candidature écologiste portée par Cécile Duflot, il obtient 15% des intentions de vote dans l’hypothèse d’une candidature LR incarnée par François Fillon (24%) ou Bruno Le Maire (22%). En cas de candidature écologiste portée par Nicolas Hulot, ses scores s’avèrent encore plus faibles puisqu’il obtient seulement 14% lorsque le candidat LR est Nicolas Sarkozy, 13,5% s’il s’agit de Bruno Le Maire et 13% avec François Fillon.

Nicolas Sarkozy progresse, crédité de meilleurs scores que François Fillon et Bruno Le Maire

Par rapport à notre précédente enquête réalisée fin avril, Nicolas Sarkozy regagne du terrain, confirmant ainsi son regain de popularité après une séquence post élections régionales particulièrement difficile. L’ancien Président de la République est crédité de 25% des intentions de vote exprimées, quel que soit par ailleurs le candidat écologiste. Plus précisément, il gagne 2 points en deux mois, comblant une partie de son retard avec Marine Le Pen (27%, +1) qui progresse toutefois légèrement (hypothèse Cécile Duflot, candidate écologiste). C’est mieux que François Fillon (23% à 24% selon que Nicolas Hulot ou Cécile Duflot portent la candidature écologiste) ou Bruno Le Maire (21% à 22%), mais nettement moins bien qu’Alain Juppé (37% à 39%) qui bénéficie, il faut le rappeler, de l’absence d’une candidature Bayrou.

La percée de Nicolas Hulot sur le front écologiste

Présent dans quatre hypothèses de premier tour sur huit, Nicolas Hulot est crédité de scores oscillant entre 9% (Alain Juppé candidat LR) et 11% (Bruno Le Maire candidat LR). De tels résultats s’avèrent nettement meilleurs que ceux obtenus par Cécile Duflot puisque l’ancienne ministre obtient seulement 3% à 3,5% des intentions de vote exprimées selon les hypothèses. Ces scores meilleurs pour l’ancien présentateur de télévision s’expliquent, notamment par sa capacité à mordre sur les anciens électeurs de François Hollande et de François Bayrou. A titre d’exemple, dans l’hypothèse d’une candidature LR portée par Alain Juppé, Nicolas Hulot capte sur son nom 13% des anciens électeurs de l’actuel chef de l’Etat et 12% de ceux du président du MoDem.

Marine Le Pen qualifiée dans toutes les hypothèses

Une fois de plus, les intentions exprimées par les sondés confirment la dynamique du Front national, avec des scores oscillant entre 26% et 30%. Elle arrive en tête dans six hypothèses sur huit, seul Alain Juppé apparaissant aujourd’hui en mesure de devancer la présidente du Front national. De toute évidence, Marine Le Pen ne pâtit pas d’une moindre visibilité médiatique depuis le début de l’année et parvient à capitaliser sur un contexte qui lui reste largement favorable sur fond de menace terroriste et de climat social tendu marqué par les violences en marge de plusieurs manifestations.

Alain Juppé serait le meilleur président pour défendre les intérêts de la France en Europe et à l’international

Invités à préciser parmi un liste de dix personnalités les deux candidats déclarés ou potentiels à l’élection présidentielle qui feraient le meilleur Président de la République pour défendre les intérêts de la France en Europe et à l’international, une majorité relative de personnes interrogées désignent Alain Juppé (39% de citations), le plaçant largement en tête. Nicolas Sarkozy (21%), Marine Le Pen (20%) et Emmanuel Macron (19%) suivent, à une vingtaine de points derrière. Avec des scores inférieurs à 15%, le classement est complété par Bruno Le Maire (14%), Jean-Luc Mélenchon (13%), François Fillon (13%), François Hollande (12%), François Bayrou (11%) et Manuel Valls (11%).

Auprès des sympathisants de gauche, François Hollande occupe toutefois la première place (36%), mais il est talonné par Alain Juppé (35%), la situation étant peu ou prou la même auprès des seuls sympathisants PS (respectivement 49% et 43%).

Alain Juppé s’impose assez largement auprès des sympathisants de la droite et du centre avec 59% de citations, devant Nicolas Sarkozy (36%), François Fillon (25%) et Bruno Le Maire (23%). Chez les sympathisants LR uniquement, Alain Juppé s’impose également avec 60% de citations et devance Nicolas Sarkozy (49%).

Enfin, Marine Le Pen l’emporte haut la main auprès des sympathisants du Front national avec 86% de citations, Nicolas Sarkozy arrivant en deuxième position (27%).

Télécharger ici : Intentions de vote présidentielle à 10 mois du scrutin

Partager cet article

Copyright © ELABE 2015

Plan du site - Mentions Légales