Au 1er tour, Eric Zemmour serait à 13%-14% et progresse fortement en trois semaines

A date, 52% des électeurs se disent tout à fait certains d’aller voter à l’élection présidentielle de 2022, et 25% l’envisagent sérieusement

A partir d’une échelle allant de 0 à 10, 52% des Français se disent tout à fait certain d’aller voter (note 10), une part en légère baisse depuis le 13 septembre (-3), et 25% (stable) l’envisagent sérieusement (notes 8 et 9).

Dans le détail, la probabilité de se rendre aux urnes en avril 2022 croît nettement avec l’âge : 68% des 18-24 ans sont certains d’aller voter ou l’envisagent sérieusement (notes 8 à 10), contre 88% des 65 ans et plus.

La probabilité d’aller voter est également plus forte chez les retraités (87%), les professions intermédiaire et les cadres (78%) qu’au sein des catégories populaires (72%), et en particulier parmi les ouvriers (69%).

Configurations de 1er tour avec Eric Zemmour :

Emmanuel Macron largement en tête des intentions de vote exprimées (25%-28%)

Eric Zemmour serait à 13%-14%, et progresse fortement en trois semaines (+5/+6). Il se rapprocherait de Marine Le Pen (16%-18%, -2), serait à égalité avec X. Bertrand (13%, -2) et devancerait nettement V. Pécresse (8%, -5) et M. Barnier (5%)

Dans une configuration de 1er tour avec Eric Zemmour, Emmanuel Macron est crédité entre 25% et 28% des intentions de vote exprimées selon le candidat de droite testé (25% en cas de candidature X. Bertrand, 27% Valérie Pécresse et 28% Michel Barnier). Des niveaux comparables par rapport au 13 septembre où E. Macron était mesuré à 25%-26% (hypothèses Bertrand et Pécresse). Le Président sortant bénéficierait d’une solide mobilisation de ses électeurs du 1er tour de 2017 (près 75% d’entre eux qui ont l’intention d’aller voter et qui expriment une intention de vote voteraient à nouveau pour E. Macron), et du soutien de près d’1 électeur sur 5 de François Fillon. Emmanuel Macron serait le 1er choix des 18-24 ans (32%-34%), des 65 ans et plus (27%-32%), des cadres (30%-41%), et des habitants de l’agglomération parisienne (30%-34%).

Marine Le Pen est à 16%-18% des intentions de vote exprimées (en baisse de 2 points par rapport au 13 septembre). Elle bénéficierait du soutien de 2 de ses électeurs de 2017 sur 3 (le reste lui préférant E. Zemmour), et du soutien d’1 électeur sur 10 de François Fillon. Elle ne bénéficierait quasiment d’aucune réserve de voix en dehors de son socle. Malgré ces baisses, Marine Le Pen serait toujours le premier choix des 25-34 ans (25%-27%, contre 10%-15% dans cette tranche d’âge pour E. Macron), des catégories populaires (27%-28%) et en particulier des ouvriers (38%-39%), et des habitants des communes rurales (23%, juste devant Eric Zemmour à 17%-21%).

Eric Zemmour progresse fortement en trois semaines, il est crédité entre 13% et 14% selon le candidat de droite, soit une hausse de 5 points (candidat de droite X. Bertrand) et 6 points (V. Pécresse).

En trois semaines, Eric Zemmour bénéficie d’une dynamique positive d’abord au sein de l’électorat de François Fillon : 27%-30% d’entre eux voteraient pour Eric Zemmour (+12/+15), contre 35% (-14) pour Xavier Bertrand et 34% (-9) pour Valérie Pécresse. Dans une moindre mesure, Eric Zemmour progresse aussi dans l’électorat de Marine Le Pen de 2017 (23%, +7).

L’intention d’aller voter pour Eric Zemmour progresse dans la plupart des catégories de population, sauf chez les femmes et les 18-24 ans.

A droite, Xavier Bertrand est à 13% (-2), Valérie Pécresse à 8% (-5), et Michel Barnier à 5% (testé pour la 1ère fois). Xavier Bertrand et Valérie Pécresse ne bénéficierait que de la mobilisation d’1 électeur sur 3 de François Fillon, et Michel Barnier d’1 électeur sur 4. Ces trois candidats ne disposent d’aucune réserve de voix ailleurs. Le vote en faveur du candidat de droite serait avant tout celui d’un électorat âgé (19%-10% selon le candidat chez les 65 ans et plus, contre près de 2%-6% seulement chez les moins de 35 ans) et plutôt CSP+.

Suite à sa victoire à la primaire écologiste, Yannick Jadot progresse dans les intentions de vote (9%, +2), et devancerait d’une courte tête Jean-Luc Mélenchon 7%-8% (stable). Anne Hidalgo reculerait à 5% (-1/-2). Yannick Jadot progresserait tant au sein des électeurs de 2017 de Jean-Luc Mélenchon (23%, +9 voteraient pour lui) que de Benoît Hamon (34%, +17), il serait ainsi le premier choix des électeurs de Benoît Hamon (près de 34%, contre 29% Anne Hidalgo). A noter que 4 électeurs de Jean-Luc Mélenchon sur 10 voteraient à nouveau pour lui.

Nicolas Dupont-Aignan serait en légère baisse (3%-4%, -1/-2), les autres candidats seraient à moins de 3%.

Configurations de 1er tour sans Eric Zemmour :

Emmanuel Macron (25%-29%) devancerait Marine Le Pen (23%-25%). Les candidats de droite seraient distancés (Xavier Bertrand 14%, Valérie Pécresse 11%, Michel Barnier 8%). A gauche, Yannick Jadot (10%-11%) devancerait d’une courte tête Jean-Luc Mélenchon (8%), et Anne Hidalgo reculerait (4%-5%)

Dans une configuration de 1er tour sans Eric Zemmour, Emmanuel Macron est crédité entre 25% et 29% des intentions de vote exprimées selon le candidat de droite testé (25% en cas de candidature X. Bertrand, 27% Valérie Pécresse et 29% Michel Barnier).

Marine Le Pen est à 23%-25% des intentions de vote exprimées (stable par rapport au 13 septembre).

A droite, Xavier Bertrand est à 14% (-2), Valérie Pécresse à 11% (-3), et Michel Barnier à 8% (testé pour la 1ère fois).

Yannick Jadot progresse dans les intentions de vote (10%-11%, +2/+3), et devancerait d’une courte tête Jean-Luc Mélenchon 8% (stable). Anne Hidalgo reculerait à 4%-5% (-1/-2).

Nicolas Dupont-Aignan est à 4%-5%, les autres candidats seraient à moins de 3%.

Au 2nd tour :

Emmanuel Macron devancerait nettement Marine Le Pen (60%-40%) et encore plus Eric Zemmour (63%-37%). Face à Xavier Bertrand, Emmanuel Macron ne bénéficierait que d’une courte avance (53%-47%)

Compte-tenu des résultats mesurés au 1er tour et des marges d’erreur dans l’hypothèse avec Eric Zemmour (cf. slide 21) les configurations de 2nd tour E. Macron / X. Bertrand et E. Macron / E. Zemmour sont possibles bien qu’elles soient actuellement nettement moins probables que la configuration E. Macron / M. Le Pen. A contrario, et pour ces mêmes raisons (mesures du 1er tour et marges d’erreur, cf. slide 22), l’hypothèse E. Macron / V. Pécresse est à ce jour improbable.

Dans la configuration d’un duel Emmanuel Macron / Marine Le Pen au 2nd tour, le Président sortant devancerait nettement la candidate du Rassemblement National (60%-40%), un écart stable depuis juin 2021. Emmanuel Macron bénéficierait d’un report parfait de ses potentiels électeurs du 1er tour, et d’un report majoritaire des électeurs du candidat de droite, de Yannick Jadot et d’Anne Hidalgo.

Marine Le Pen bénéficierait également d’un report parfait de ses potentiels électeurs du 1er tour, et d’un soutien majoritaire des électeurs d’Eric Zemmour et de Nicolas Dupont-Aignan, mais que d’1 électeur sur 5 du candidat de droite, et d’aucune réserve de voix à gauche. A noter que dans cette configuration, les électeurs du 1er tour de Jean-Luc Mélenchon s’abstiendraient en majorité.

En cas de duel Emmanuel Macron / Eric Zemmour, Emmanuel Macron disposerait à ce jour d’une avance importante (63% contre 37%). Ces deux candidats bénéficieraient d’un report parfait de leurs électeurs du 1er tour. Emmanuel Macron aurait le soutien majoritaire des électeurs d’Anne Hidalgo (65%) et dans une moindre mesure de Yannick Jadot (49%, mais 47% s’abstiendraient). Eric Zemmour n’aurait qu’un soutien partiel des électeurs de Marine Le Pen (48%, contre 38% qui s’abstiendraient), et de Nicolas Dupont-Aignan (43%, contre 33% abstention). Les électeurs de 1er tour du candidat de droite voteraient davantage pour E. Macron (près de 50%) que pour E. Zemmour (près de 33%). Ceux de Jean-Luc Mélenchon s’abstiendraient en majorité.

En cas de duel Emmanuel Macron / Xavier Bertrand, le Président sortant dispose d’une courte avance dans les intentions de vote exprimées (53%) face au candidat de droite (47%), des mesures stables en trois semaines. Ils bénéficieraient tous deux d’un report parfait de leurs potentiels électeurs du 1er tour. Emmanuel Macron obtiendrait une majorité des voix des potentiels électeurs d’Anne Hidalgo et Xavier Bertrand d’une majorité de ceux d’Eric Zemmour et près d’1 électeur sur 3 de Marine Le Pen (alors que près de 6 sur 10 s’abstiendraient).

Dans cette configuration, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de Yannick Jadot s’abstiendraient en majorité.

Télécharger le rapport : Les Français et l’élection présidentielle 2022

Crédits image : Flickr / manhhai