Au 1er tour, Marine Le Pen creuse l’écart avec Eric Zemmour

A ce jour, 56% (stable) des électeurs se disent tout à fait certains d’aller voter à l’élection présidentielle de 2022, et 23% (-1) l’envisagent sérieusement

A partir d’une échelle allant de 0 à 10 (où 0 signifie être tout à fait certain de ne pas aller voter et 10 être tout à fait certain d’aller voter, les notes intermédiaires permettant aux sondés de nuancer leur intention), 56% (stable par rapport au 11 novembre) des Français se disent tout à fait certain d’aller voter (note 10), et 23% (-1) l’envisagent sérieusement (notes 8 et 9).

L’intention de se rendre aux urnes augmente avec l’âge : 67% des 18-24 ans sont certains d’aller voter ou l’envisagent sérieusement (notes 8 à 10), contre 86% des 65 ans et plus.

Les hommes sont un peu plus nombreux à avoir l’intention d’aller voter (82% notes 8-10) que les femmes (75%).

A titre de comparaison, le 30 novembre 2016 (au lendemain de la primaire de la droite et du centre), 59% des électeurs se disaient tout à fait certain d’aller voter (note 10) à la présidentielle de 2017, soit un score légèrement plus élevée qu’à ce jour de (56%).

E.Macron est en légère baisse mais reste nettement en tête des intentions de vote (25%-27%, entre stable et -4)

M.Le Pen en hausse (20%-22%, +2/+4) creuse l’écart avec E. Zemmour en baisse (12%-15%, stable/-2)

A droite, X. Bertrand (13%, stable) garde une longueur d’avance sur V. Pécresse (9%, -2) et M. Barnier (9%, stable)

A gauche, J.-L. Mélenchon (9%) et Y. Jadot (8%-9%) sont au coude-à-coude

Emmanuel Macron est crédité entre 25% et 27% des intentions de vote exprimées selon le candidat de droite testé (25% en cas de candidature X. Bertrand, Valérie Pécresse, Michel Barnier, 26% Eric Ciotti et 27% Philippe Juvin). Emmanuel Macron qui avait connu une hausse il y a 2 semaines suite à son allocution télévisée est en baisse dans toutes les hypothèses (-2/-4, sauf configuration X. Bertrand stable) et retrouve son niveau d’il y a un mois. Malgré ces baisses, Emmanuel Macron bénéficie toujours du soutien de 7 de ses électeurs sur 10 du 1er tour en 2017 (qui ont l’intention de se déplacer et qui ont exprimé une intention de vote, 68%, -5) et d’1 électeur sur 5 de François Fillon (19%, -8).

Parmi les sondés qui expriment une intention de vote, Emmanuel Macron serait le premier choix des 65 ans et plus (27%), des 18-24 ans (28%), des professions intermédiaires (28%) et des cadres (27%).

Marine Le Pen est à 20%-22% des intentions de vote exprimées (en hausse de 2 à 4 points). Marine Le Pen progresse auprès de ses propres électeurs du 1er tour en 2017 (67%, +6) et chez les 25-34 ans (30%, +5), une classe d’âge où elle arriverait nettement en tête. Elle serait également le premier choix des ouvriers (40%), employés (29%) et ferait un bon score dans les communes rurales (27%).

Eric Zemmour est crédité entre 12% et 15% des intentions de vote exprimées (entre stable et -2). Après une très forte progression depuis l’été et un pic atteint fin octobre (15%-16%), Eric Zemmour est depuis lors en baisse. En 2 semaines, il perdrait quelques voix au sein de l’électorat de Marine Le Pen (20%, -3) et chez les abstentionnistes (12%, -10), et conserverait le soutien d’1 électeur sur 4 de François Fillon (23%). Eric Zemmour reculerait chez les 25-34 ans (12%, -10) et est le seul candidat qui disposerait d’un « gender gap » (écart entre les sexes) significatif : il serait le choix de 15% des hommes, contre 8% des femmes.

Parmi les candidats LR, Xavier Bertrand est crédité de 13% (stable) des intentions de vote exprimées, Valérie Pécresse est en baisse à 9% (-2), Michel Barnier est stable à 9% (=), Eric Ciotti est à 5% (=) et Philippe Juvin 3% (-1). Valérie Pécresse est en légère baisse au sein des électeurs de François Fillon (38%, -4).

Concernant l’attitude des électeurs de François Fillon de 2017 pour chacune des hypothèses testées :

  • 4 sur 10 voteraient pour Xavier Bertrand
  • 4 sur 10 pour Valérie Pécresse
  • 3 sur 10 pour Michel Barnier
  • 3 sur 10 pour Eric Ciotti
  • 1 sur 10 voterait pour Philippe Juvin

D’une manière générale, près d’1 quart des électeurs de François Fillon voterait pour E. Macron et un quart pour E. Zemmour.

D’un point de vue socio-démographique, les candidats LR feraient leur meilleur score auprès des 65 ans et plus.

A gauche, Jean-Luc Mélenchon serait crédité de 9% (stable/+1) des voix, Yannick Jadot 8%-9% (stable/+1), Anne Hidalgo 4%-5% (stable/-2), Arnaud Montebourg 1%-3% (stable) et Fabien Roussel à 2% (stable).

Ces candidats demeurent tributaires du fort morcellement des sympathisants de gauche : 30% d’entre eux voteraient pour J.-L. Mélenchon, 23% pour Yannick Jadot, 14% pour Anne Hidalgo, 5% pour Fabien Roussel, 4% pour Arnaud Montebourg, et 14% pour Emmanuel Macron.

Les autres candidats sont crédités de moins de 4% des intentions de vote exprimées.

A ce jour, près d’un tiers des électeurs ayant l’intention d’aller voter ne sont pas certains de leur choix et pourraient changer d’avis

A 5 mois du scrutin, 33% (-7 points par rapport au 27 octobre) des électeurs qui ont l’intention d’aller voter (notes 8 à 10) pourraient changer d’avis d’ici à l’élection. A l’inverse, 67% (+7) d’entre eux se disent certains de leur choix.

A ce jour, les électeurs les plus certains de leur choix sont ceux de Marine Le Pen (79%), d’Emmanuel Macron (72%), d’Eric Zemmour (72%), de Jean-Luc Mélenchon (72%) et dans une moindre mesure Xavier Bertrand (64%).

Les potentiels électeurs de Valérie Pécresse, Michel Barnier et Yannick Jadot sont plus hésitants (50% certains de leur choix). Le vote en faveur d’Anne Hidalgo est le moins solide (près de 4 sur 10 se disent certains de leur choix).

Au 2nd tour : L’écart se réduit entre Emmanuel Macron (55%, -3) et Marine Le Pen (45%, +3)

Compte-tenu des résultats mesurés au 1er tour et des marges d’erreur (cf. slides 19 à 23), la seule configuration plausible à ce jour de 2nd tour est E. Macron / M. Le Pen.

Dans la configuration d’un duel Emmanuel Macron / Marine Le Pen au 2nd tour, l’écart se réduirait par rapport au 11 novembre avec 55% (-3) des intentions de vote exprimées pour Emmanuel Macron et 45% (+3) pour Marine Le Pen. Une dynamique dans la lignée des résultats mesurés au 1er tour. Il s’agit de l’écart le plus serré enregistré avec celui de fin octobre.

Le Président sortant bénéficierait d’une mobilisation parfaite de ses potentiels électeurs du 1er tour, et du soutien d’une majorité absolue ou relative des potentiels électeurs de Yannick Jadot, d’Anne Hidalgo et du candidat LR.

Marine Le Pen aurait un report parfait de ses électeurs du 1er tour et le soutien de 3 potentiels électeurs sur 4 d’Éric Zemmour, mais ne bénéficierait que des voix d’1 potentiel électeur sur 4 du candidat LR.

Une majorité des potentiels électeurs de Jean-Luc Mélenchon s’abstiendrait.

Le pouvoir d’achat reste de loin le thème qui comptera le plus dans le choix des électeurs à la présidentielle de 2022 (45%), devant la santé en forte hausse (32%, +5)

Le pouvoir d’achat est à ce jour le thème qui comptera le plus dans le choix des électeurs à l’élection présidentielle de 2022 (45% des citations parmi trois réponses possibles, -2 points par rapport au 3 novembre), il devance nettement la santé qui est en forte progression (32%, +5), la sécurité (29%, -1) et l’immigration (28%, +1)

Près d’1 électeur sur 5 cite l’environnement/écologie (22%, -4), les retraites (21%, =), l’emploi (21%, +3), les inégalités/injustices sociales (18%, +2) et l’éducation (16%, =).

Les autres thèmes cités sont : la menace terroriste (13%, -3), la protection sociale (13%, +2), la fiscalité (11%, stable), la dette publique (8%, -2), ), les inégalités hommes/femmes (6%, +1), le logement (6%, +1) et la place de la France dans le monde (5%, -2)

La santé atteint son plus haut niveau depuis avril 2021. Ce sujet progresse depuis notre dernière mesure du 3 novembre dans la plupart des catégories de population et électorats, et de façon particulièrement importante chez les 65 ans et plus (35%, +12).

Les 3 thèmes les plus cités par les électeurs qui, dans ce sondage, ont déclaré avoir l’intention de voter pour un candidat de gauche (Roussel, Mélenchon, Hidalgo, Montebourg, Jadot) sont l’environnement (46%), le pouvoir d’achat (41%) et les inégalités/injustices sociales (40%).
Les potentiels électeurs d’Emmanuel Macron ont cité le pouvoir d’achat (42%), la santé (41%) et la sécurité (33%).

Les thèmes qui compteront le plus pour les potentiels électeurs du candidat LR sont la santé (39%), la sécurité (37%), le pouvoir d’achat (35%) et l’immigration (35%).

Les potentiels électeurs de Marine Le Pen évoquent l’immigration (52%), le pouvoir d’achat (50%) et la sécurité (34%), ceux d’Eric Zemmour l’immigration (75%), la sécurité (52%) et le pouvoir d’achat (36%).

Télécharger la rapport : Les Français et l’élection présidentielle 2022

Crédits image : Flickr/Loïc Brohard Palais de l’Élysée

___________________________________________________________________________

ELABE rappelle que les résultats de ce sondage doivent être interprétés comme une indication de l’état du rapport de force politique actuel en France métropolitaine dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022. Ils ne constituent en aucun cas un élément prédictif des résultats le jour du vote.

La notice de ce sondage peut être consultée sur le site internet de la Commission des sondages : www.commission-des-sondages.fr

Toute publication ou toute reprise de ce sondage doit faire figurer la méthodologie et les marges d’erreurs :

« Echantillon de 1491 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus, dont 1350 inscrits sur les listes électorales. Interrogation par Internet les 23 et 24 novembre 2021.

La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, région de résidence et catégorie d’agglomération.

Marge d’erreur comprise entre 1,2 et 3,0 points de pourcentage. »