Invasion de l’Ukraine par la Russie : les Français sous le choc

Invasion de l’Ukraine par la Russie : les Français sous le choc

88% des Français se disent choqués par les bombardements et l’entrée des troupes russes sur le territoire ukrainien, dont 66% très choqués et 22% assez choqués. A l’inverse, 12% des Français ne sont pas choqués, dont 9% pas vraiment choqués et 3% pas du tout choqués.

La part de Français qui se déclarent choqués est largement majoritaire dans toutes les catégories de population et électorats, des différences d’intensité (item « très choqué ») sont toutefois à noter :

  • Les électeurs qui ont l’intention de voter pour Valérie Pécresse (79% très choqués), Emmanuel Macron (77%) et Yannick Jadot (75%) sont plus nombreux à se dire très choqués que les électeurs potentiels de Jean-Luc Mélenchon (65%), Marine Le Pen (62%) et Eric Zemmour (50%).
  • Les 65 ans et plus (77% très choqués) et dans une moindre mesure les 35-64 ans (67%) sont plus nombreux à se dire très choqués que les moins de 35 ans (56%)

Face à l’invasion de l’Ukraine, des Français favorables aux sanctions économiques et à l’envoi de matériels militaire et humanitaire

Face à l’invasion militaire de l’Ukraine par la Russie, 33% des Français estiment que la France doit mettre en place des sanctions économiques contre la Russie et les dirigeants russes, 41% envoyer du matériel militaire et humanitaire pour aider l’Ukraine (mais sans envoi de troupes françaises) et 8% envoyer des troupes françaises sur le territoire ukrainien pour combattre les militaires russes. A contrario, 17% des Français estiment que la France ne doit pas réagir, ni sur le plan militaire ni sur le plan économique.

L’intervention de la France par l’intermédiaire de sanctions économiques ou d’envoi de matériel militaire et humanitaire est souhaitée par une nette majorité de Français au sein de toutes les catégories de population et électorats.

A noter toutefois que près d’un tiers des potentiels électeurs d’Éric Zemmour (32%) et près d’un quart de Marine Le Pen (24%) et de Jean-Luc Mélenchon (22%) estiment que la France ne doit pas agir, quand seuls 5% ou moins des potentiels électeurs d’Emmanuel Macron, Yannick Jadot et Valérie Pécresse sont de cet avis.

Pour faire face à la crise, 50% des Français font confiance à Emmanuel Macron

Parmi les autres principaux candidats à la présidentielle, Marine Le Pen (35%) est la plus crédible

50% des Français déclarent faire confiance à Emmanuel Macron pour faire face à la crise provoquée par l’intervention militaire russe en Ukraine, c’est nettement plus que les principaux candidats à la présidentielle : 35% feraient confiance à Marine Le Pen si elle était au pouvoir, 30% à Valérie Pécresse, 23% à Jean-Luc Mélenchon, 22% à Eric Zemmour et 17% à Yannick Jadot.

Selon l’intention de vote au 1er tour de la Présidentielle 2022 :

  • Pour l’ensemble des candidats, près de 8 de leur potentiels électeurs sur 10 font confiance à leur champion pour faire face à cette crise
  • Emmanuel Macron se distingue en étant la seule personnalité qui apparait crédible en dehors de son socle : 64% des potentiels électeurs de Valérie Pécresse et 59% de Yannick Jadot lui font confiance
  • Si les potentiels électeurs d’Éric Zemmour font plutôt confiance à Marine Le Pen (69%), cela n’est pas réciproque : « seuls » 40% des potentiels électeurs de Marine Le Pen font confiance à Eric Zemmour

Pour 6 électeurs sur 10, la crise ukrainienne n’aura pas d’impact sur leur choix à la présidentielle

61% des Français inscrits sur les listes électorales disent que la crise ukrainienne n’aura pas d’impact sur leur choix à l’élection présidentielle française. A l’inverse, 38% affirment qu’elle aura un impact.

Les résultats sont relativement homogènes selon l’intention de vote au 1er tour (entre 32% et 43%). Les potentiels électeurs d’Emmanuel Macron (43% oui) sont les plus nombreux à affirmer que leur choix sera impacté par cette crise, ceux de Marine Le Pen (32%) les moins nombreux.

57% (+2) des électeurs se disent tout à fait certains de se rendre aux urnes en avril 2022 et 27% (=) l’envisagent sérieusement

A partir d’une échelle allant de 0 à 10 (où 0 signifie être tout à fait certain de ne pas aller voter et 10 être tout à fait certain d’aller voter, les notes intermédiaires permettant aux sondés de nuancer leur intention), 57% (+2 par rapport au 22 février) des inscrits se disent tout à fait certain d’aller voter (note 10), et 27% (=) l’envisagent sérieusement (notes 8 et 9).

En une semaine, on mesure une hausse de la mobilisation des électeurs de Jean-Luc Mélenchon de 2017 (87% notes 8-10, +6).

L’intention d’aller voter est toujours plus importante avec l’âge : 76% des 18-24 ans sont certains d’aller voter ou l’envisagent sérieusement (notes 8 à 10), contre 91% des 65 ans et plus.

Au 1er tour, Emmanuel Macron consolide son avance (25%, +0.5) sur Marine Le Pen (17%, -1) et Eric Zemmour (14%, +0.5). Jean-Luc Mélenchon poursuit sa progression (12.5%, +1.5) et dépasse légèrement Valérie Pécresse (12%, +0.5)

Emmanuel Macron est crédité de 25% (+0.5) des intentions de vote exprimées.

Le Président sortant bénéficierait d’une mobilisation très solide et en progression de ses électeurs de 2017 (75% voteraient à nouveau pour lui, +12) mais d’un soutien en baisse des électeurs de François Fillon (18%, -9) dont une partie reviendrait dans le vote Pécresse.

Emmanuel Macron arriverait toujours en tête chez les 65 ans et plus (31%) et chez les cadres (41%).

Marine Le Pen est créditée de 17% (-1) des voix.

Marine Le Pen disposerait d’une mobilisation assez solide de ses électeurs de 2017 (62%) et du vote d’1 abstentionniste sur 5. Elle perdrait cette semaine quelques voix d’anciens électeurs de Jean-Luc Mélenchon (2%, -5) qui retourneraient dans le giron du candidat Insoumis.

Elle serait toujours en tête au sein des catégories populaires (31%), en particulier chez les ouvriers (35%).

Eric Zemmour à 14% est relativement stable cette semaine (+0.5).
Le candidat Reconquête! bénéficierait toujours du soutien d’1 électeur sur 4 de 2017 de Marine Le Pen (26%) et d’1 sur 5 de François Fillon (22%).

Jean-Luc Mélenchon progresse à nouveau (12.5%, +1.5 en une semaine, +3.5 en un mois) et dépasse Valérie Pécresse (12%, +0.5).

Jean-Luc Mélenchon poursuit la reconquête de ses électeurs de 2017 qui se remobilisent cette semaine (87% sont certains d’aller voter en avril ou l’envisagent sérieusement, +6) pour le candidat Insoumis (56% d’entre eux ont l’intention de voter à nouveau pour lui, +5 en une semaine, +17 en un mois).

Valérie Pécresse aurait les voix de la moitié des électeurs de François Fillon de 2017 (48%, +7) mais ne disposerait d’aucune réserve en dehors.

Yannick Jadot est à 6.5% (+1), Fabien Roussel à 4% (=).

Les autres candidats testés sont crédités de moins de 3% des intentions de vote.

Christiane Taubira (1.5%, -1) et Anne Hidalgo (1.5%, -1) sont à égalité.

A 41 jours du 1er tour, 65% (+2) des électeurs se disent sûrs de leur choix

A ce jour, 65% (+2) des électeurs qui ont l’intention d’aller voter (notes 8 à 10) se disent certains de leur choix. A l’inverse, 35% (-2) d’entre eux pourraient changer d’avis d’ici à l’élection.

Les électeurs potentiels d’Éric Zemmour (77%), d’Emmanuel Macron (76%) et de Marine Le Pen (75%) sont à ce jour les plus sûrs de leur choix, devant ceux de Valérie Pécresse (60%).

Parmi les candidats crédités de 5% ou plus des intentions de vote, les potentiels électeurs de Yannick Jadot sont les moins sûrs de leur choix (52%).

Au 2nd tour, l’écart se creuse entre Emmanuel Macron (57.5%, +2) et Marine Le Pen (42.5%, -2)

Emmanuel Macron (65.5%, -0.5) l’emporterait largement face à Eric Zemmour (34.5%, +0.5)

Compte-tenu des résultats mesurés au 1er tour et des marges d’erreur (cf. slides 35), les configurations E. Macron / M. Le Pen (hypothèse la plus probable) et E. Macron / E. Zemmour sont aujourd’hui les seules hypothèses plausibles.

L’écart se creuse entre Emmanuel Macron (57.5%, +2) et Marine Le Pen (42.5%, -2)

Emmanuel Macron bénéficierait des voix d’une majorité relative d’électeurs de Y. Jadot (48%) et de V. Pécresse (49%, +2). Par rapport à la semaine dernière, il aurait de meilleurs reports de voix des électeurs de 1er tour de Jean-Luc Mélenchon (36%, +8) et des abstentionnistes (36%, +8).

Les électeurs de 1er tour d’Éric Zemmour représente le seul réservoir de Marine Le Pen (76%).

Emmanuel Macron (65.5%, -0.5) l’emporterait largement face à Eric Zemmour (34.5%, +0.5)

Emmanuel Macron bénéficierait dans cette configuration d’une bonne mobilisation des électeurs de gauche et de Valérie Pécresse.
Eric Zemmour ne disposerait que d’une mobilisation partielle des électeurs de 1er tour de Marine Le Pen (48%).

Près de 4 Français sur 10 partagent les idées et apprécient la personnalité de Marine Le Pen

38% des Français déclarent adhérer aux idées de Marine Le Pen, contre 61% qui n’y adhèrent pas.

Et 37% d’entre eux disent apprécier sa personnalité, contre 62% qui ne l’apprécient pas.

Dans le détail :

  • 23% adhérent à ses idées et apprécient sa personnalité
  • 15% adhérent à ses idées mais n’apprécient pas sa personnalité
  • 14% n’adhèrent pas à ses idées mais apprécient sa personnalité
  • 47% n’adhérent pas à ses idées et n’apprécient pas sa personnalité

Les électeurs qui ont l’intention de voter pour Marine Le Pen adhèrent largement à ses idées (92%) et à sa personnalité (80%).

Les potentiels électeurs d’Éric Zemmour adhèrent à ses idées (75%) mais sont plus partagés sur sa personnalité (54% apprécient, 46% n’apprécient pas)

Près d’un tiers des potentiels électeurs de Valérie Pécresse adhèrent à ses idées (32%) et apprécient sa personnalité (37%).

Les potentiels électeurs d’Emmanuel Macron, de Jean-Luc Mélenchon et de Yannick Jadot n’adhèrent ni à ses idées, ni à sa personnalité.

L’adhésion à ses idées et l’attachement à sa personnalité sont plus élevées chez les 25-34 ans (47% adhèrent idées, 42% apprécient personnalité), les catégories populaires (49% et 47%) et dans les communes rurales (45% et 44%).

A titre de comparaison, les idées et plus encore la personnalité de Marine Le Pen clivent moins que celles d’Éric Zemmour (33% adhéraient à ses idées et 22% appréciaient sa personnalité dans notre sondage du 9 février 2022) et de Jean-Luc Mélenchon (34% adhéraient à ses idées et 28% appréciaient sa personnalité le 16 février 2022).

1 Français sur 3 juge Marine Le Pen meilleure candidate qu’en 2017, 1 sur 2 ni meilleure ni moins bonne candidate

Par rapport à la dernière élection présidentielle il y a 5 ans, 33% des Français ont le sentiment que Marine Le Pen est meilleure candidate, 14% moins bonne et 52% ne voient pas de différence par rapport à il y a 5 ans.

Près des deux tiers de ses électeurs de 1er tour (64%) et de 2nd tour (65%) de 2017 jugent que Marine Le Pen est meilleure candidate qu’il y a 5 ans, tandis que les autres électorats ne voient pas, en majorité, de différence par rapport à 2017. A noter qu’un tiers des électeurs de François Fillon la juge meilleure candidate (33%).

L’image de Marine Le Pen s’améliore à mesure que la campagne avance

Si les Français ont toujours autant de Marine Le Pen l’image d’une personnalité autoritaire (72%, +2 par rapport au 17 janvier 2022), ils la perçoivent aussi comme une femme plus courageuse (66%, +6), dynamique (64%, +6) qui veut vraiment changer les choses (59%, +1).

En 1 mois, le regard porté sur sa personnalité s’est adouci : 51% (-4) des Français la jugent arrogante, 46% (+5) sincère et 42% (+5) sympathique.

Sa proximité (39% proche de mes préoccupations, +3) et sa « présidentialité » progressent : compétente (45%, +5), capable de réformer le pays (42%, +1), a les qualités nécessaires pour être Présidente de la république (40%, +5) et capable de rassembler les Français (36%, +5).

Enfin, Marine Le Pen inquiète 50% des Français (-4).

A ce jour, Marine Le Pen dispose d’une excellente image, tant sur sa personnalité que présidentialité, dans son électorat de 2017, mais d’une mauvaise image chez les électeurs d’Emmanuel Macron et de gauche.

De manière plus nuancée, les électeurs de François Fillon ont une bonne image de Marine Le Pen à l’égard de sa volonté de changer les choses (73%) et sa personnalité (ex : 52% la jugent sincère). En revanche, ils ont un regard plus critique sur sa présidentialité (seuls 34% estiment qu’elle a les qualités nécessaires pour être Présidente de la république).

En 1 mois, l’image de Marine Le Pen s’améliore auprès de ses électeurs de 2017, chez les abstentionnistes et dans une moindre mesure chez les électeurs de François Fillon. A l’inverse, elle se dégrade chez les électeurs de 2017 d’Emmanuel Macron et de Jean-Luc Mélenchon.

Crédits image : Flickr / root 74
______________________________________________________________________

ELABE rappelle que les résultats de ce sondage doivent être interprétés comme une indication de l’état du rapport de force politique actuel en France métropolitaine dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022. Ils ne constituent en aucun cas un élément prédictif des résultats le jour du vote.

La notice de ce sondage peut être consultée sur le site internet de la Commission des sondages : www.commission-des-sondages.fr

Toute publication ou toute reprise de ce sondage doit faire figurer la méthodologie et les marges d’erreurs :

« Echantillon de 1 431 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus, dont 1 330 inscrits sur les listes électorales. Interrogation par Internet les 27 et 28 février 2022.

La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, région de résidence et catégorie d’agglomération.

Pour les questions d’intention de vote, seules les personnes inscrites sur les listes électorales et ayant l’intention d’aller voter sont prises en compte.

Pour les questions d’opinion, l’ensemble de l’échantillon est pris en compte

Marge d’erreur comprise entre 1,1 et 3,1 points de pourcentage. »