Pour 63% des Français la situation en matière de sécurité s’est dégradée depuis quelques années

La sécurité est le 2ème thème qui comptera le plus dans le choix des électeurs à la présidentielle de 2022 (30%), nettement derrière le pouvoir d’achat (47%)

Le pouvoir d’achat est à ce jour le thème qui comptera le plus dans le choix des électeurs à l’élection présidentielle de 2022 (47% des citations parmi trois réponses possibles, +2 points en 2 semaines), il devance nettement la sécurité (30%, stable), l’immigration (27%, stable) la santé (27%, +1), et l’environnement/écologie (26%, +1).
Près d’1 Français sur 5 cite :
les retraites (21%, -1), l’emploi (18%, -3), les inégalités/injustices sociales (16%, -2), l’éducation (16%, -1) et la menace terroriste (16%, stable).

Les autres thèmes cités sont : la fiscalité (11%, -2), la protection sociale (11%, stable), la dette publique (10%, +2), la place de la France dans le monde (7%, +2), les inégalités hommes/femmes (5%, -1), et le logement (5%, +1).

Alors que la sécurité était en progression constante entre avril (35%) et juin 2021 (38%) – devenant à cette période le thème le plus important pour les électeurs – ce thème connaît une dynamique inverse depuis fin juin (-8) au profit du pouvoir d’achat qui est devenu l’enjeu majeur aux yeux des électeurs (+14).

La sécurité est un enjeu qui sera particulièrement important pour les 65 ans et plus (36%), et politiquement, pour les électeurs de Marine Le Pen du 1er tour en 2017 (43%) et de François Fillon (36%).

Il s’agit d’un enjeu important mais moins décisif pour les 25-34 ans (21%), pour les électeurs de Benoît Hamon (24%), de Jean-Luc Mélenchon (21%) et d’Emmanuel Macron (25%).

Pour 63% des Français, la situation en matière de sécurité s’est dégradée depuis quelques années, une opinion en très légère baisse

63% des Français (-2 points par rapport au 21 avril 2021) estiment que la situation en France en matière de sécurité des personnes et des biens se dégrade depuis quelques années. Pour 33% (+2) elle ne change pas, seuls 3% (-1) considèrent qu’elle s’améliore.

En un peu plus de 6 mois, cette opinion la perception d’une dégradation de la sécurité en France ces dernières années recule chez les 18-24 ans (41%, -12), les professions intermédiaires (59%, -9) et chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (57%, -8). A l’inverse, elle progresse chez les électeurs de Marine Le Pen (83%, +8).

Cette perception reste majoritaire dans la plupart des catégories de population et électorats, et est particulièrement forte chez les 50 ans et plus (69%, contre 41% chez les 18-24 ans et 61% chez les 25-49 ans), les femmes (67%, contre 59% chez les hommes), les électeurs de Marine Le Pen (83%) et de François Fillon (75%, contre 49%-57% au sein des autres électorats).

64% des Français déclarent être de temps en temps ou souvent inquiets pour leur sécurité, une proportion en recul

18% (-3 points par rapport au 21 avril 2021) des Français se disent souvent inquiets pour leur sécurité physique et celle de leurs biens, 46% (-4) le sont de temps en temps, 29% (+6) rarement et 7% (+1) jamais. Ainsi 64% des Français sont souvent ou de temps en temps inquiets, soit en baisse de 7 points depuis avril 2021 et 10 points depuis août 2020.

Depuis notre dernière mesure en avril, la proportion de Français qui déclare être de temps en temps ou souvent inquiets pour leur sécurité et celle de leurs biens recule nettement au sein de toutes les catégories de population mais reste majoritaire.

Cette inquiétude est davantage exprimée par les femmes (69% de temps en temps ou souvent, contre 57% des hommes), et politiquement par les électeurs de Marine Le Pen (82%) et dans une moindre mesure de François Fillion (67%, contre 50%-59% au sein des autres électorats).

S’assurer de l’application réelle des peines (48%) et durcir le code pénal (45%) sont les mesures les plus attendues pour agir en matière de sécurité

Pour améliorer la situation en matière de sécurité, les Français estiment que le Gouvernement doit en priorité agir sur le volet judiciaire :

S’assurer que les personnes effectuent réellement les peines auxquelles elles ont été condamnées : 48% (-3 points depuis le 21 avril 2021). Malgré la baisse enregistrée, cette mesure demeure prioritaire au sein de toutes les catégories de population. Elle est davantage citée par les 50-64 ans (55%) et moins par les 18-24 ans (36%).

Durcir le code pénal (sévérité des peines) : 45% (+2). Il s’agit de la mesure la plus clivante politiquement, elle est nettement plus citée par les électeurs de Marine Le Pen (65%) et de François Fillon (60%) que par les électeurs d’Emmanuel Macron et de gauche (31%-36%). Différences que l’on observe uniquement pour cet item : cette mesure est davantage mentionnée par les Français qui se sentent souvent ou de temps en temps en insécurité (52%, contre 33% rarement ou jamais), et par ceux qui notent une dégradation de la situation (54%, contre 28% la situation ne change pas).

Ensuite, les Français préconisent un renforcement de la présence policière sur le terrain (36%, +1), évoqué par 44% des électeurs d’Emmanuel Macron et 42% des 65 ans et plus, et une augmentation de leurs effectifs (29%, -3), une mesure moins citée par les 18-24 ans (16%, contre 26%-34% au sein des autres tranches d’âge).

28% (-2) des Français considèrent que le Gouvernement devrait renforcer les cours d’instruction morale et civique à l’école, une mesure particulièrement citée par les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (43%).

Près d’1 Français sur 5 évoque : mieux équiper les policiers et gendarmes (22%, +2), construire plus de places de prison (19%, +2), renforcer la vidéosurveillance (19%, -2), améliorer la formation des policiers (18%, -4), en baisse au sein de tous les électorats à l’exception de celui de Jean-Luc Mélenchon (31%, +1).

Enfin, 14% (+2) citent le renforcement du renseignement et 7% (stable) l’armement des policiers municipaux.

Sur les questions de sécurité, aucune personnalité ne rassemble la confiance de plus de 4 Français sur 10. La première personnalité citée est Marine Le Pen (39%) en hausse, devant Emmanuel Macron (35%) et Xavier Bertrand (33%)

Sur les questions de sécurité, 39% (+3 points par rapport au 22 septembre 2021, +9 depuis le 21 avril) des Français font confiance à Marine Le Pen, elle devance Emmanuel Macron (35%, stable), Xavier Bertrand (33%, -1), Eric Zemmour (27%, stable), Valérie Pécresse (27%, -3), Michel Barnier (26%, +2), Jean-Luc Mélenchon (22%, +3), Nicolas Dupont-Aignan (22%, -2), Anne Hidalgo (20%, stable), Arnaud Montebourg (19%, testé pour la 1ère fois), et Yannick Jadot (17%, +2).

En termes de dynamique, depuis le 22 septembre 2021 :

  • Marine Le Pen progresse au sein des catégories populaires (47%, +7) – et plus particulièrement chez les Français qui ont des difficultés à boucler leurs fins de mois (45%, +12) – mais recule chez les cadres (29%, -4) et reste relativement stable au sein des professions intermédiaires (36%, +2). Politiquement, elle est stable ou progresse légèrement au sein de tous les électorats
  • Jean-Luc Mélenchon progresse chez les moins de 35 ans (36%, +9), les ouvriers (31%, +14) et auprès de ses propres électeurs de 2017 (55%, +8)
  • Valérie Pécresse recule chez les électeurs de François Fillon (57%, -10)

D’un point de vue politique :

  • Jean-Luc Mélenchon est la personnalité qui bénéficie de la confiance la plus élevée auprès des sympathisants de gauche, (47%, jusqu’à 89% chez les sympathisants Insoumis), devant Anne Hidalgo (43%, et 49% sympathisants PS), Yannick Jadot (40%, et 61% chez les sympathisants EELV), et Arnaud Montebourg (36%)
  • Emmanuel Macron bénéficie d’une confiance très solide chez les sympathisants LREM/MoDem (89%) et de la confiance de plus d’un tiers des sympathisants de gauche (38%) et de droite (33%)
  • Chez les sympathisants de droite, Xavier Bertrand (75%) devance Valérie Pécresse (59%) et Michel Barnier (56%). Ces 3 personnalités bénéficient de la confiance de près d’1 sympathisant LREM/MoDem sur 2 (47%, 41% et 51%)
  • Marine Le Pen devance Eric Zemmour et Nicolas Dupont-Aignan, tant chez les sympathisants RN (96%, contre 58% E. Zemmour et 31% N. Dupont-Aignan), que chez les sympathisants de droite (53%, contre 51% et 40%)

Télécharger le rapport : Les Français et la sécurité

Crédits image : Flickr / Arthur Lombard – Véhicules de Secours