Les 6 mois d’Emmanuel Macron

6 mois après son élection, 50% des Français estiment qu’il est trop tôt pour se prononcer sur l’action d’Emmanuel Macron, mais 37% la jugent décevante.
 
Un Français sur deux estime qu’« il est encore trop tôt pour se prononcer » sur l’action d’Emmanuel Macron. Cependant, 37% expriment de la déception, et seuls 12% jugent son action satisfaisante.
La qualification de son action est relativement homogène entre les différentes catégories sociodémographiques, même si les cadres se montrent plus positifs : 20% la jugent satisfaisante, 19% décevante et 61% estiment qu’il est trop tôt.
 
La lecture politique est beaucoup plus contrastée :
– Plus de 50% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, de Marine Le Pen et de Benoît Hamon jugent son action décevante(63%, 52% et 50%).
– Alors que les électeurs de François Fillon estiment majoritairement qu’il est trop tôt pour se prononcer (54%), près d’un tiers expriment de la déception (30%).
– Enfin, si les électeurs d’Emmanuel Macron déclarent eux aussi en majorité qu’il est trop tôt pour se prononcer (53%), 34% expriment de la satisfaction et seulement 13% de la déception.
 
Depuis le début du quinquennat, la proportion de Français satisfaits est relativement stable et a oscillé entre 12% et 17%. En revanche, si seulement 21% des Français se disaient déçus 2 mois après l’élection, ce taux a fortement progressé jusqu’à il y a un mois (44%) mais a légèrement fléchi depuis son interview télévisée.
S’ils étaient logiquement près de deux tiers (64%) 2 mois après son élection à estimer qu’il est trop tôt pour se prononcer, cette proportion n’était plus « que » de 44% il y a un mois. Elle a légèrement augmenté depuis l’interview télévisée.
Hausse de la CSG, réforme du Code du travail et suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages sont les réformes et mesures qui ont le plus marqué les Français
 
Invités à choisir les mesures ou réformes (3 réponses possibles parmi 16 propositions) qui les ont le plus marqués depuis l’élection d’Emmanuel Macron, 37% des Français citent la « hausse de la CSG », 35% la « réforme du Code du travail » et 34% la « suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages ».
La baisse de 5 euros des APL (29%) et le remplacement de l’ISF par l’IFI (27%) complètent le Top 5 des mesures les plus marquantes.
 
Nettement moins cités, le passage à 11 vaccins obligatoires (17%), la baisse du nombre de contrats aidés (16%), la baisse des dotations pour les collectivités (14%) et la moralisation de la vie politique (13%) sont plus en retrait.
Les autres mesures sont citées par 10% ou moins.
 
Dans le détail, quelques mesures présentent des spécificités et sont plus souvent mentionnées par certaines catégories de population :
– La CSG est davantage citée auprès des Français les plus âgés : 43% des 50-64 ans et jusqu’à 54% des 65 ans et plus. Auprès des plus jeunes, elle n’est que la 6ème mesure citée (13% chez les 18-24 ans).
– La réforme du Code du travail est plus mentionnée par les actifs (40%, première mesure citée).
– La baisse de 5 euros des APL est nettement plus citée parmi les plus jeunes : 38% des 18-24 ans et 44% des 25-34 ans, et est la première mesure citée auprès de cette population.
 
D’un point de vue politique,
– La première mesure citée par les électeurs de François Fillon et de Marine Le Pen est la CSG : respectivement 44% et 48%, largement devant la deuxième mesure (suppression de la taxe d’habitation, 32% chacun).
– La réforme du Code du travail apparait largement en tête auprès des électeurs de Jean-Luc Mélenchon (48%),nettement devant la baisse des APL (36%) et le remplacement de l’ISF (36%).
– La suppression de la taxe d’habitation est citée par 50% des électeurs de 1er d’Emmanuel Macron, devant la réforme du Code du travail (38%).
 
La phrase sur les « fainéants » est le moment le plus marquant des 6 premiers mois d’Emmanuel Macron pour 40% des Français
 
Invités à choisir les moments, les images ou les prises de parole (3 réponses possibles parmi 15 propositions) qui les ont le plus marqué depuis l’élection d’Emmanuel Macron, 40% des Français citent la phrase « je ne céderai rien ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes » prononcée par Emmanuel Macron lors de l’évocation de la réforme du code du travail.
Plus en retrait, la démission du Chef d’Etat-Major des Armées Pierre de Villiers est citée par 29% et la phrase « foutre le bordel » lors d’une visite en Corrèze par 24%.
La poignée de main avec Donald Trump au sommet de l’OTAN (22%) et la signature des ordonnances réformant le Code du travail (19%) complètent le Top 5 des moments les plus marquants.
 
Moins citées, la victoire de l’élection présidentielle au Louvre (16%), « Make Our Planet Great Again » (13%), l’interview télévisée (11%) et la rencontre avec Angela Merkel le lendemain de sa prise de fonction (11%) sont plus en retrait.
Les autres mesures sont citées par moins de 10% des Français.
 
Dans le détail, on notera que la phrase sur les « fainéants » est assez nettement citée en première par l’ensemble des catégories de population, hormis les plus jeunes (18-24 ans et 25-34 ans) qui mentionnent avant tout la poignée de main avec Donald Trump (29% et 32%).
 
D’un point de vue politique,
– La phrase sur les « fainéants » est citée comme le moment le plus marquant des 6 premiers mois, par l’ensemble des principaux électorats, y compris celui d’Emmanuel Macron (32%).
– La démission du CEMA Pierre de Villiers est davantage citée que la moyenne auprès des électorats de François Fillon (39%), Benoît Hamon (34%) et Marine Le Pen (34%).
– La phrase « foutre le bordel » est quant à elle davantage mentionnée par les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (28%), Benoît Hamon (29%) et Marine Le Pen (33%).
– La poignée de main avec Donald Trump est citée par 33% des électeurs de Benoît Hamon, 27% de ceux de Jean-Luc Mélenchon et 26% de ceux d’Emmanuel Macron.
– La victoire à l’élection présidentielle au Louvre, « Make Our Planet Great Again » et la rencontre avec Angela Merkel au lendemain de la prise de fonction sont également cités par plus de 20% des électeurs de 1er tour d’Emmanuel Macron.
 
Faire de la politique autrement et dépasser les clivages politiques : les Français partagés sur les promesses d’Emmanuel Macron
 
Invités à se prononcer sur 3 grandes promesses de la campagne électorale d’Emmanuel Macron, 53% des Français estiment qu’il « fait de la politique autrement » (contre 46% « non »), 49% qu’il « dépasse les clivages politiques » (contre 50% « non ») et 43% qu’il « transforme le pays » (contre 56% « non »).
 
Face à ces 3 grandes promesses, le jugement diffère fortement selon l’électorat :
– Une large majorité (71% à 79%) des électeurs de 1er tour d’Emmanuel Macron estime qu’il est à la hauteur de ces trois promesses.
– Une courte majorité des électeurs de François Fillon lui reconnaissent une nouvelle façon de faire de la politique(58%) et le dépassement des clivages politiques (55%). En revanche, ils se montrent beaucoup plus dubitatifs sur la transformation du pays (42%).
– Enfin, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (38% à 40% selon l’item), Benoît Hamon (35% à 45%) et Marine Le Pen (27% à 43%) sont nettement moins convaincus. Cependant, une part non négligeable (environ 40%) estime qu’il « fait de la politique autrement », qu’il « dépasse les clivages politiques » et qu’il « transforme le pays » (hormis les électeurs de Marine Le Pen sur ce dernier item).

Télécharger ici : Les Français et les 6 mois d’Emmanuel Macron / Sondage ELABE pour BFMTV

Partager cet article

Copyright © ELABE 2015

Plan du site - Mentions Légales