L’après-Brexit

Des Français très partagés sur le Brexit : 48% estiment que c’est une bonne chose pour l’UE, 52% une mauvaise chose

Plus précisément, 15% estiment que c’est « une très mauvaise chose » et 37% « une assez mauvaise chose » pour l’Union européenne. A l’inverse, 28% estiment que c’est « une assez bonne chose » et 20% « une très bonne chose ».

On constate, dans le détail, que les Français estimant que c’est une mauvaise chose pour l’UE sont aussi ceux qui se révèlent traditionnellement les plus favorables au projet européen : les 18-24 ans (64%) et, dans une moindre mesure, les 25-34 ans (54%) et les 65 ans et plus (55%), mais également les cadres et professions intellectuelles supérieures (58%). A l’opposé, les 35-49 ans (54%) et les ouvriers (54%) estiment majoritairement que le vote britannique est une bonne chose pour l’UE. En termes politiques, le clivage ne se fait pas sur une opposition classique droite-gauche (59% des sympathisants de gauche et 53% des sympathisants de droite estimant que c’est une mauvaise chose), mais sur une opposition partis de gouvernement-partis contestataires, 76% des sympathisants FN estimant que c’est une bonne chose. On notera à ce titre que les sympathisants du Front de gauche sont très partagés, 51% estimant que c’est une bonne chose pour l’UE contre 38% « seulement » des sympathisants PS.

Une majorité de Français (55%) ne souhaitent l’organisation d’un référendum sur l’appartenance de la France à l’Union européenne

Plus précisément, 30% des Français interrogés ne souhaitent « pas du tout » et 25% « pas vraiment » que soit organisé un tel référendum. A l’inverse, 45% souhaitent « plutôt » (19%) ou « tout à fait » (26%) sa mise en place.

Dans le détail, les mêmes clivages que pour la question précédente se font jour. 60% des Français âgés de 18 à 24 ans, 66% de ceux âgés de 65 ans et plus et 73% des cadres et professions intellectuelles supérieures ne souhaitent pas l’organisation d’une telle consultation en France. A l’inverse, 54% des Français âgés de 35 à 49 ans et 64% des ouvriers souhaitent sa tenue. Le clivage politique reste par ailleurs le même : 69% des sympathisants de gauche et 77% des sympathisants de la droite et du centre ne souhaitent pas que soit organisé un référendum sur l’appartenance de la France à l’Union européenne, alors que 84% des sympathisants FN le désirent.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne ne sont pas à la hauteur de la situation provoquée par le Brexit pour 67% des Français interrogés

20% estimant qu’ils ne sont « pas du tout » et 47% « pas vraiment » à la hauteur. A l’inverse, 32% des Français estiment « plutôt » (26%) ou « tout à fait » (6%) qu’ils le sont.

Cette question fait l’objet d’un consensus assez large. Toutefois, plus on monte dans les âges (56% des 18-24 ans et 76% des 65 ans et plus) ou plus la proximité partisane des répondants se situe à droite (56% des sympathisants de gauche, 70% des sympathisants de la droite et du centre et 75% des sympathisants FN), plus on estime qu’ils ne sont pas à la hauteur.

Télécharger ici : Les Français et l’après-Brexit / Sondage ELABE pour BFMTV

Partager cet article

Tags

,

Copyright © ELABE 2015

Plan du site - Mentions Légales