Malgré sa nette victoire, pas d’état de grâce pour le Président réélu

55% des Français considèrent que la réélection d’Emmanuel Macron est une mauvaise chose pour le pays

Dans le détail, 27% considèrent qu’il s’agit d’une assez mauvaise chose et 28% une très mauvaise chose. A l’inverse, la réélection d’Emmanuel Macron est une bonne chose pour 45%, dont 31% une assez bonne chose et 14% une très bonne chose.

Le Président de la République réélu entame son nouveau mandat avec un niveau de défiance plus faible qu’à la fin (56%, 02 fév. 2022) et à la moitié (62%, 29 oct. 2019) de son 1er mandat, mais à un niveau plus important que celui mesuré 1 an après le début de son mandat (52%, 09 avril 2018).

A noter que si Emmanuel Macron n’obtient « que » 45% d’opinions favorables malgré son score de 58,5% des voix exprimées, il faut avoir à l’esprit que sur l’ensemble des inscrits, il a obtenu 38,5% des voix (contre 27,3% Marine Le Pen et 34,2% d’abstention/vote blanc ou nul).

La réélection d’Emmanuel Macron est une bonne chose pour le pays aux yeux de ses électeurs de 1er tour (98%, dont 55% très bonne chose) et de 2Nd tour (88%, dont 36% très bonne chose).

A l’inverse, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon de 1er tour (72% mauvaise chose), de Marine Le Pen de 1er tour (89%) comme de 2nd tour (93%) et dans une moindre mesure les abstentionnistes (57%) portent un regard beaucoup plus négatif sur la réélection du Président sortant.

Les 65 ans et plus (52% bonne chose), les 18-24 ans (51%) et les cadres/professions intermédiaires (54%) sont une courte majorité à estimer qu’il s’agit d’une bonne chose. A l’inverse, les 25-64 ans (55%-62% mauvaise chose) et les catégories populaires (65%) sont plus critiques.

Une majorité de Français (68%) pense qu’Emmanuel Macron ne changera pas de style et de méthode pour son 2ème quinquennat…

Dans son discours de victoire dimanche soir, Emmanuel Macron a déclaré que son prochain quinquennat que « Cette ère nouvelle ne sera pas dans la continuité des 5 ans qui s’achèvent mais l’invention collective d’une méthode refondée ».

68% des Français sont sceptiques et pensent qu’Emmanuel Macron ne va pas changer de style et de méthode pour son 2ème quinquennat. A l’inverse, 31% s’attendent à ce qu’il change de style et de méthode.

Parmi les électorats de 1er tour, seul celui d’Emmanuel Macron s’attend à un changement de méthode (78% va changer), tandis que ceux de Marine Le Pen (89% ne va pas changer), de Jean-Luc Mélenchon (78%) et les abstentionnistes (76%) anticipent, en termes de style et de méthode, un 2nd mandat dans la continuité du 1er.

… et ne mènera pas de politique écologique (57%)

Le 16 avril dernier, lors d’un meeting de campagne à Marseille, Emmanuel Macron a déclaré que : « la politique que je mènerai dans les cinq ans à venir sera écologique ou ne sera pas. ». 57% des Français estiment qu’Emmanuel Macron ne mènera pas une politique écologique pendant son prochain quinquennat, dont 40% probablement pas et 17% certainement pas. A l’inverse, 43% anticipent un quinquennat écologique, dont 36% probablement et 7% certainement.

Les électeurs de 1er tour d’Emmanuel Macron sont convaincus que la politique menée par leur candidat sera écologique (86% oui). A contrario, les électeurs de Marine Le Pen (75% non), de Jean-Luc Mélenchon (69%) et les abstentionnistes (65%) en doutent.

En termes d’âge, seuls les 65 ans et plus s’attendent en majorité à un mandat écologique (54% oui), le scepticisme est majoritaire au sein des autres tranches d’âge (58%-65% non).

Elections législatives : 6 Français sur 10 souhaitent une majorité de députés opposés à Emmanuel Macron

Dans le détail, 61% estiment préférable qu’il y ait une majorité de députés opposés à Emmanuel Macron, contre 39% une majorité favorable au Président réélu.

En comparaison, la part de Français souhaitant une majorité opposée au Président est nettement plus élevée qu’au lendemain de son élection en 2017 (47% le 10 mai 2017, soit 14 points de plus aujourd’hui).

En toute logique, les électeurs de 1er tour d’Emmanuel Macron (95%) estiment préférable qu’il y ait une majorité favorable au Président, les électeurs de Marine Le Pen (88%) et de Jean-Luc Mélenchon (86%) et une majorité opposée.

Le souhait d’une majorité opposée à l’Assemblée est majoritaire au sein de toutes les catégories de population, il est particulièrement important au sein des catégories populaires (69%).

Les mesures annoncées par Emmanuel Macron en faveur du pouvoir d’achat et de la santé sont largement approuvées : recrutements importants dans les EHPAD, hausse du montant minimum retraite, gel des prix du gaz/électricité et ristourne pour l’essence. A l’inverse, la retraite à 65 ans rencontre une opposition majoritaire dans l’opinion

Plusieurs mesures annoncées récemment par Emmanuel Macron pour son 2ème mandat font relativement consensus dans l’opinion, elles sont approuvées par une majorité de Français, de ses électeurs de 1er tour, mais aussi par une majorité des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen :

  • Recruter 50 000 infirmiers et aides-soignants dans les EHPAD – 95% des Français favorables
  • Relever le montant du minimum retraite à 1 100 € (contre 980 € aujourd’hui) – 92% des Français favorables
  • Le maintien du gel des prix du gaz et du plafonnement de la hausse des tarifs de l’électricité, et de la ristourne de 18 centimes à la pompe pour l’essence – 90% favorables
  • Supprimer la redevance audiovisuelle (actuellement de 138 € par an) – 86% favorables
  • Exonérer de taxes les successions jusqu’à 150 000 € par enfant (contre 100 000 € aujourd’hui) – 86% favorables
  • Relever à 3 000 € (contre 1 000 € actuellement) le seuil de défiscalisation de la prime de fin d’année versée par les employeurs qui le peuvent (et à 6 000 € contre 2 000 € actuellement pour les entreprises qui ont un accord d’intéressement) – 81% favorables
  • Réformer le RSA (aujourd’hui, 565 € pour une personne seule) en le conditionnant à 15/20 heures d’activité par semaine et en renforçant l’accompagnement – 72% favorables
  • Verser les aides sociales (comme le RSA, la prime d’activité, les aides au logement ou les allocations familiales) « à la source », de manière automatique, (et non uniquement à ceux qui font les démarches pour les percevoir) – 71% favorables
  • Créer un système de « leasing » (location avec possibilité d’acheter le bien à la fin de la location à prix avantageux) pour permettre aux foyers modestes de louer une voiture électrique pour environ 90 € / mois – 71% favorables
  • Augmenter de 10% le salaire des enseignants, et conditionner une hausse complémentaire à la réalisation de nouvelles missions (notamment sur le temps périscolaire) – 69% favorables
  • Mettre en place une convention « transpartisane » pour réformer les institutions et préparer une révision de la Constitution – 69% favorables
  • Construire 6 nouveaux réacteurs nucléaires, et étudier la possibilité d’en construire 8 autres – 65% favorables. A noter que seule une courte majorité (53%) des électeurs de J.-L. Mélenchon l’approuve

A contrario, une majorité de Français (64%) est opposée à l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans (contre 62 ans actuellement) sauf pour les carrières longues ou pénibles, contre 36% qui y sont favorables.

D’un point de vue politique, les électeurs de 1er tour d’Emmanuel Macron approuvent majoritairement cette mesure (71% favorables), mais à l’inverse les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (85% opposés) et de Marine Le Pen (75%) la rejettent.

D’un point de vue socio-professionnel, seuls les retraités sont en majorité favorables à cette mesure (57%), les actifs (73% opposés), et plus particulièrement les catégories populaires (79%), y sont opposés.

Les 3 mesures les plus prioritaires aux yeux des Français : relever le montant du minimum retraite à 1 100 €, recruter 50 000 infirmiers et aides-soignants dans les EHPAD et maintenir le gel des prix du gaz et du plafonnement de la hausse des tarifs de l’électricité et de la ristourne de 18 centimes à la pompe pour l’essence

Parmi les mesures annoncées par Emmanuel Macron, 3 doivent être mises en place en priorité pour les Français :

  • Relever le montant du minimum retraite à 1 100 € (contre 980 € aujourd’hui) – cité par 49% des Français (3 réponses possibles parmi 13 items) et par 56% des retraités
  • Recruter 50 000 infirmiers et aides-soignants dans les EHPAD – cité par 47% des Français
  • Le maintien du gel des prix du gaz et du plafonnement de la hausse des tarifs de l’électricité, et de la ristourne de 18 centimes à la pompe pour l’essence – cité par 42%

Derrière ce trio de tête, 28% citent la suppression de la redevance audiovisuelle (actuellement de 138 € par an), particulièrement prioritaire pour les électeurs de M. Le Pen (36%)

Entre 1 et 2 Français sur 10 évoquent :

  • Verser les aides sociales (comme le RSA, la prime d’activité, les aides au logement ou les allocations familiales) « à la source », de manière automatique, (et non uniquement à ceux qui font les démarches pour les percevoir) – cité par 18% des Français (3 réponses possibles parmi 13 items), notamment par les électeurs de J.-L. Mélenchon (27%)
  • Exonérer de taxes les successions jusqu’à 150 000 € par enfant (contre 100 000 € aujourd’hui) – cité par 18% des Français
  • Construire 6 nouveaux réacteurs nucléaires, et étudier la possibilité d’en construire 8 autres – cité par 16% des Français
  • Réformer le RSA (aujourd’hui, 565 € pour une personne seule) en le conditionnant à 15/20 heures d’activité par semaine et en renforçant l’accompagnement – cité par 15% des Français
  • Augmenter de 10% le salaire des enseignants, et conditionner une hausse complémentaire à la réalisation de nouvelles missions (notamment sur le temps périscolaire) – cité par 12% des Français
  • Relever l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans (contre 62 ans actuellement) sauf pour les carrières longues ou pénibles – cité par 11% des Français
  • Mettre en place une convention « transpartisane » pour réformer les institutions et préparer une révision de la Constitution – cité par 10% des Français

Enfin, moins d’1 Français sur 10 cite :

  • Relever à 3 000 € (contre 1 000 € actuellement) le seuil de défiscalisation de la prime de fin d’année versée par les employeurs qui le peuvent (et à 6 000 € contre 2 000 € actuellement pour les entreprises qui ont un accord d’intéressement) – cité par 9% des Français (3 réponses possibles parmi 13 items)
  • Créer un système de « leasing » (location avec possibilité d’acheter le bien à la fin de la location à prix avantageux) pour permettre aux foyers modestes de louer une voiture électrique pour environ 90 € / mois – cité par 6%

Télécharger le rapport : Les Français et la réélection d’Emmanuel Macron

Crédits image : Flickr / Epjt Tours