Eric Zemmour obtient 8% des intentions de vote exprimées et « prendrait » surtout des voix à Marine Le Pen

A date, 55% des électeurs se disent tout à fait certains d’aller voter à l’élection présidentielle de 2022, et 24% l’envisagent sérieusement

Il s’agit d’une proportion stable par rapport à notre sondage ELABE/BFMTV du 30 juin 2021.

Dans le détail, la probabilité de se rendre aux urnes en avril 2022 augmente nettement avec l’âge : 64% des 18-24 ans sont certains d’aller voter ou l’envisagent sérieusement, contre 89% des 65 ans et plus.
La probabilité d’aller voter est également plus forte chez les retraités (86%), les cadres (85%) et les professions intermédiaires (85%) que chez les catégories populaires (73%).

A noter que l’intention d’aller voter de l’électorat de Marine Le Pen de 2017 (1er tour) est en baisse à 85% (-8).

Configurations de 1er tour sans Eric Zemmour : Emmanuel Macron (26%) devance Marine Le Pen (23%)
A droite, léger avantage pour Xavier Bertrand (16%), Valérie Pécresse est à 14%
A gauche, Jean-Luc Mélenchon (8%), Yannick Jadot (7%-8%), et Anne Hidalgo (6%) sont au coude-à-coude

Dans une configuration de 1er tour sans Eric Zemmour, Emmanuel Macron est crédité de 26% des intentions de vote exprimées, quel que soit le candidat de droite (Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse), il était mesuré pour rappel entre 29% et 30% le 30 juin 2021 dans le cadre d’une offre électorale un peu différente). Le Président sortant bénéficie d’une solide mobilisation de ses électeurs du 1er tour de 2017 (72% qui ont l’intention d’aller voter et qui expriment une intention de vote voteraient à nouveau pour E. Macron), et du soutien de près d’1 électeur sur 4 de François Fillon et d’1 électeur sur 5 de Benoît Hamon. Emmanuel Macron serait le 1er choix des 18-24 ans (32%), 65 ans et plus (31%), cadres (32%), et des habitants de l’agglomération parisienne (35%).

Marine Le Pen est à 23% des intentions de vote exprimées (mesurée à 23%-25% en juin). Elle bénéficie d’un soutien quasi-parfait de ses électeurs du 1er tour en 2017 (87%) mais ne bénéficierait quasiment d’aucune réserve de voix en dehors de son socle (à peine 1 électeur sur 10 de François Fillon et de Jean-Luc Mélenchon). Marine Le Pen serait le premier choix des tranches d’âge d’actifs et plus particulièrement des 50-64 ans (30%), des ouvriers (44%), et des habitants des communes rurales (29%).

A droite, Xavier Bertrand est à 16% (14% en juin), Valérie Pécresse à 14% (11% en juin). Ils ne bénéficieraient que d’une mobilisation partielle des électeurs de François Fillon (51% dans la configuration avec X. Bertrand, et 46% avec V. Pécresse) et ne disposent d’aucune réserve de voix ailleurs. Ces deux candidats feraient un bon score chez les 65 ans et plus (27% et 24%) et dans une moindre mesure chez les cadres (18% et 16%), mais un score très faible chez les moins de 35 ans (6%-9%) et au sein des catégories populaires (10%-7%).

A gauche, Jean-Luc Mélenchon est à 8%, Yannick Jadot à 7%-8% et Anne Hidalgo à 6% (terrain d’enquête réalisé entre samedi 11 et lundi 13 septembre). Ces scores s’expliquent par une fragmentation de l’électorat de gauche : 25% des sympathisants de gauche voteraient pour Jean-Luc Mélenchon, 20% pour Yannick Jadot et 20% pour Anne Hidalgo.

Nicolas Dupont-Aignan est à 5%-6%, les autres candidats seraient à moins de 3%.

Configurations de 1er tour avec Eric Zemmour : E. Zemmour obtient 8% des intentions de vote exprimées, et « prendrait » surtout des voix à M. Le Pen (18%-19%), réduisant son avance sur X. Bertrand (15%) et V. Pécresse (13%)

Eric Zemmour est crédité de 8% des intentions de vote exprimées quel que soit le candidat de droite (Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse).

16% des électeurs de Marine Le Pen et 15% de François Fillon de 2017 au 1er tour qui ont l’intention de se déplacer en avril 2022 et qui expriment une intention de vote voteraient pour Eric Zemmour, ainsi que 10% des abstentionnistes.

Eric Zemmour ferait ses meilleurs scores auprès des 65 ans et plus (12%) et auprès des habitants du quart sud-est du pays (14%). A l’inverse, Eric Zemmour n’obtiendrait le vote que d’une très faible part des moins de 35 ans (4%). En dehors de ces différences, le vote Eric Zemmour est relativement homogène selon la catégorie sociale.

Marine Le Pen serait la plus impactée par une candidature d’Eric Zemmour, passant de 23% à 19%-18% (selon le candidat de droite). A contrario, Xavier Bertrand (de 16% sans Zemmour à 15% avec) et Valérie Pécresse (de 14% à 13%) seraient peu touchés.

Emmanuel Macron est nettement en tête des intentions de vote exprimées (25%-26%).

Les candidats de gauche Jean-Luc Mélenchon (8%), Yannick Jadot (7%) et Anne Hidalgo (6%-7%) sont au coude-à-coude.

Nicolas Dupont-Aignan est crédité de 4%-5% des voix exprimées, les autres listes moins de 3%

A date, les potentiels électeurs les plus sûrs de leur choix sont ceux de Marine Le Pen (83%), de Jean-Luc Mélenchon (82%), et dans une moindre mesure ceux d’Emmanuel Macron (65%) et d’Eric Zemmour (59%). Les potentiels électeurs de Xavier Bertrand (51%), Yannick Jadot (43%), Anne Hidalgo (41%), et de Valérie Pécresse (41%) sont plus hésitants.

Au 2nd tour, Emmanuel Macron devancerait nettement Marine Le Pen (59%-41%)

En cas de duel face à Xavier Bertrand, Emmanuel Macron ne bénéficierait que d’une courte avance (52%-48%)

Dans la configuration d’un duel Emmanuel Macron / Marine Le Pen au 2nd tour, le Président sortant devancerait nettement la candidate du Rassemblement National (59%-41%), un écart stable par rapport à notre sondage ELABE/BFMTV du 30 juin 2021. Emmanuel Macron bénéficierait d’un report parfait de ses potentiels électeurs du 1er tour, et d’un report majoritaire des électeurs du candidat de droite, de Yannick Jadot et d’Anne Hidalgo.

Marine Le Pen bénéficierait également d’un report parfait de ses potentiels électeurs du 1er tour, et d’un soutien majoritaire des électeurs d’Eric Zemmour et de Nicolas Dupont-Aignan, mais que d’1 électeur sur 4 du candidat de droite (X. Bertrand ou V. Pécresse), et d’aucune réserve de voix à gauche.
A noter que dans cette configuration, les électeurs du 1er tour de Jean-Luc Mélenchon s’abstiendraient en majorité.

Compte-tenu des résultats mesurés au 1er tour et des marges d’erreur dans l’hypothèse avec Eric Zemmour (cf. slide 26) une configuration de 2nd tour Emmanuel Macron / Xavier Bertrand est possible bien qu’elle soit actuellement nettement moins probable que la configuration Emmanuel Macron / Marine Le Pen. A contrario, et pour ces mêmes raisons (mesures du 1er tour et marges d’erreur, cf. slide 27), l’hypothèse Emmanuel Macron / Valérie Pécresse est à date improbable.

En cas de duel Emmanuel Macron / Xavier Bertrand, le Président sortant ne dispose que d’une courte avance dans les intentions de vote exprimées (52%) face au candidat de droite (48%). Ils bénéficieraient tout deux d’un report parfait de leurs potentiels électeurs du 1er tour. Emmanuel Macron obtiendrait une majorité des voix des potentiels électeurs de Yannick Jadot et d’Anne Hidalgo et Xavier Bertrand d’une majorité de ceux d’Eric Zemmour et près d’1 électeur sur 3 de Marine Le Pen (alors que près de 6 sur 10 s’abstiendraient).

Dans cette configuration, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon s’abstiendraient également en majorité.

Au global, les Français ont une image plutôt négative d’Eric Zemmour

Seuls les électeurs de Marine Le Pen de 2017 en ont une bonne image, les électeurs de François Fillon sont partagés

Les Français ont l’image d’une personnalité arrogante (66%), autoritaire (64%), qui les inquiète (57%).

Seule une minorité d’entre eux lui attribue une certaine sincérité (38%), honnêteté (37%), et de bonnes idées pour la France (35%). Pour 1 Français sur 3 ou moins, Eric Zemmour est compétent (33%), sympathique (29%), proche de leurs préoccupations (28%) et capable de réformer le pays (28%).
Ses points faibles sont, aux yeux des Français,
sa capacité à rassembler les Français (24%) et sa présidentialité (a les qualités nécessaires pour être Président de la République, à 23%).

En revanche, un peu moins d’1 Français sur 2 lui attribue un certain dynamisme (46%), du courage (45%) et considère qu’il veut vraiment changer les choses (44%).

Eric Zemmour bénéficie d’une image plutôt positive chez les électeurs de Marine Le Pen et dans une moindre mesure de François Fillon. Ces deux électorats lui attribuent notamment un certain dynamisme (respectivement 64%, 57%), une volonté de vraiment changer les choses (63% et 58%), et un certain courage (67%, 54%). En revanche, les électeurs de François Fillon sont plus partagés voire sceptiques à l’égard de ses idées pour la France (60% électeurs Le Pen, mais 49% électeurs Fillon), sa sincérité (56%, 45%) et sa compétence (54%, 39%). A noter que ces deux électorats doutent de sa capacité à rassembler les Français (46%, 23%) et de sa présidentialité (a les qualités pour être Président 42%, 20%).

Les électeurs de gauche et d’Emmanuel Macron ont une image très négative d’Eric Zemmour, ils le perçoivent notamment comme une personne arrogante (respectivement 76% Macron, 82% Hamon, 78% Mélenchon), qui les inquiète (77%, 76%, 66%).

Après les opinions politiques, c’est le critère du genre qui est à l’origine des écarts les plus importants : les femmes ont globalement une image plus négative d’Eric Zemmour que les hommes (7 points d’écart en moyenne).

Enfin, les 65 ans et plus ont un regard plus positif que les autres tranches d’âge sur certains traits d’image comme le courage (52%, contre 37%-44%) et la sincérité (45%, contre 33%-39%).

1 Français sur 4 (24%) souhaite qu’Eric Zemmour soit candidat à l’élection présidentielle de 2022

D’un point de vue politique, 43% des électeurs de Marine Le Pen souhaite qu’Eric Zemmour soit candidat à la présidentielle de 2022. Les autres électorats sont une nette majorité à ne pas souhaiter qu’il soit candidat (77%-89%), y compris les électeurs de François Fillon (77%).

Eric Zemmour est perçu comme étant politiquement très à droite

43% des Français positionnent politiquement Eric Zemmour – sur une échelle gauche/droite – très à droite, 10% le positionnent à droite. 25% ne savent pas, et 13% ne le placent ni à gauche, ni au centre, ni à droite.

Une majorité relative de Français au sein de toutes les catégories de population et électorats positionnent Eric Zemmour très à droite, c’est particulièrement le cas des cadres (62%), habitants de l’agglomération parisienne (55%), des électeurs de Benoît Hamon (71%), de Jean-Luc Mélenchon (58%) et d’Emmanuel Macron (58%).

La part de Français ne sachant pas où positionner Eric Zemmour est particulièrement élevée chez les abstentionnistes (du 1er tour en 2017, 41%), les habitants des petites agglomérations (35%) et des communes rurales (31%), les catégories populaires (32%), les femmes (32%) et 18-24 ans (32%).

En revanche, les électeurs qui, dans ce sondage, ont déclaré avoir l’intention de voter pour Eric Zemmour au 1er tour, estiment que leur candidat est d’abord de droite (près 40%), avant d’être très à droite (près de 30%).

Une candidature commune issue d’un rassemblement entre Eric Zemmour et Marine Le Pen souhaitée par une majorité de sympathisants RN, mais un rassemblement avec les Républicains rejetée par les sympathisants LR

29% des Français et 61% sympathisants du Rassemblement National souhaitent qu’Eric Zemmour et Marine Le Pen se rassemblent dans la perspective de l’élection présidentielle pour n’avoir qu’une seule candidature au 1er tour. Près de 6 potentiels électeurs sur 10 d’Eric Zemmour partagent cette volonté.

Un rassemblement d’Eric Zemmour avec le parti « Les Républicains » est rejetée par une nette majorité de Français (83%), mais aussi par une large majorité des sympathisants Les Républicains (72%). Les potentiels électeurs d’Eric Zemmour sont très partagés sur cette question, la moitié souhaite une candidature commune, l’autre moitié y est opposée.

Télécharger le rapport : Les Français, l’élection présidentielle 2022 et Eric Zemmour

Crédits image : Flickr/Loïc Brohard Palais de l’Élysée

______________________________________________________________________________

ELABE rappelle que les résultats de ce sondage doivent être interprétés comme une indication de l’état du rapport de force politique actuel en France métropolitaine dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022. Ils ne constituent en aucun cas un élément prédictif des résultats le jour du vote.

La notice de ce sondage peut être consultée sur le site internet de la Commission des sondages : www.commission-des-sondages.fr

Toute publication ou toute reprise de ce sondage doit faire figurer la méthodologie et les marges d’erreurs :

« Echantillon de 1334  personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus, dont 1200 inscrits sur les listes électorales. Interrogation par Internet du 11 au 13 septembre 2021.

La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, région de résidence et catégorie d’agglomération.

Marge d’erreur comprise entre 1,2 et 3,2 points de pourcentage. »