Les Français, l’élection présidentielle 2022 et les candidats LR

A ce jour, 56% (+3) des électeurs se disent tout à fait certains d’aller voter à l’élection présidentielle de 2022, et 24% (-2) l’envisagent sérieusement

A partir d’une échelle allant de 0 à 10 (où 0 signifie être tout à fait certain de ne pas aller voter et 10 être tout à fait certain d’aller voter, les notes intermédiaires permettant aux sondés de nuancer leur intention), 56% (+3 par rapport au 27 octobre) des Français se disent tout à fait certain d’aller voter (note 10), et 24% (-2) l’envisagent sérieusement (notes 8 et 9).

En 2 semaines, la proportion d’électeurs de Jean-Luc Mélenchon de 2017 (84% notes 8 à 10, +6) et de François Fillon (96%, +6) qui sont certains ou envisagent sérieusement d’aller voter (notes 8 à 10) progressent.

La probabilité d’aller voter en avril 2022 reste plus importante avec l’âge : 71% des 18-24 ans sont certains d’aller voter ou l’envisagent sérieusement (notes 8 à 10), contre 89% des 65 ans et plus.La certitude de se rendre aux urnes est plus forte chez les retraités (88% notes 8 à 10), et chez les cadres et professions intermédiaires (84%), qu’au sein des catégories populaires (73%).

A titre de comparaison, le 30 novembre 2016 (au lendemain de la primaire de la droite et du centre), 59% des électeurs se disaient tout à fait certain d’aller voter (note 10) à la présidentielle de 2017, soit une probabilité de participation légèrement plus élevée qu’à ce jour (56%).

E. Macron sort renforcé de son allocution et est crédité entre 25% et 30% des voix exprimées (+2/+3) Le Pen (17%-18%) et E. Zemmour (13%-15%) sont tous deux en légère baisse (-1/-2)

A droite, l’écart entre X. Bertrand (13%, stable), V. Pécresse (11%, +1) et M. Barnier (9%, +1) se réduit

A gauche, J.-L. Mélenchon en hausse (8%-9%, +1/+2) et Y. Jadot (7%-8%) sont au coude-à-coude

Emmanuel Macron est crédité entre 25% et 30% des intentions de vote exprimées selon le candidat de droite testé (25% en cas de candidature X. Bertrand, 27% Valérie Pécresse, 28% Michel Barnier, 29% Philippe Juvin et 30% Eric Ciotti). Emmanuel Macron se voit renforcé suite à son allocution et progresse par rapport au 27 octobre (+2 points dans les hypothèses X. Bertrand et M. Barnier ; +3 V. Pécresse). Une hausse qui s’explique par un soutien plus important en 2 semaines de ses électeurs de 1er tour en 2017 (71% d’entre eux qui ont l’intention de se rendre aux urnes et qui expriment une intention de vote voteraient à nouveau pour lui, en progression de 9 points) et des électeurs de François Fillon (23%, +6).

Parmi les sondés qui expriment une intention de vote, Emmanuel Macron serait le premier choix des 65 ans et plus (31%, en progression de 7 points), des 18-24 ans (29%), des cadres (34%), et des habitants de l’agglomération parisienne (32%).

Marine Le Pen est à 17%-18% des intentions de vote exprimées (en baisse de 1 à 2 points). Elle bénéficierait des voix de 6 de ses électeurs sur 10 du 1er tour en 2017 (près d’un quart choisirait E. Zemmour), mais ne disposaient d’aucune réserve de voix en dehors de son socle. Elle réaliserait ses meilleurs scores dans les tranches d’âge d’actifs, et plus particulièrement, serait le premier choix des 25-34 ans (25%, tandis que 22% voteraient E. Zemmour et 18% E. Macron), des ouvriers (36%), et des habitants des communes rurales (25%).

Eric Zemmour est crédité entre 13% et 15% des intentions de vote exprimées (en baisse de -1 à -2 selon le candidat de droite testé). Eric Zemmour aurait les voix de 23% (stable) des électeurs de Marine Le Pen du 1er tour en 2017, et 21% (-6) de François Fillon. Eric Zemmour est le candidat qui dispose du « gender gap » (écart entre les sexes) le plus élevé : il serait le choix de 17% des hommes, contre 10% des femmes.

Parmi les candidats LR, Xavier Bertrand est crédité de 13% (stable) des intentions de vote exprimées, Valérie Pécresse 11% (+1), Michel Barnier 9% (+1), Eric Ciotti 5% (1ère fois testé) et Philippe Juvin 4% (idem). Depuis notre mesure du 6 octobre, l’écart entre X. Bertrand (stable à 13%), V. Pécresse (passant de 8% à 11%) et M. Barnier (de 5% à 9%) se réduit.

Concernant l’attitude des électeurs de François Fillon de 2017 pour chacune des hypothèses testées :

  • 5 sur 10 voteraient pour Xavier Bertrand (contre près d’un quart pour E. Macron, et un quart pour E. Zemmour)
  • 4 sur 10 pour Valérie Pécresse (un quart pour E. Macron, un quart E. Zemmour)
  • 4 sur 10 pour Michel Barnier (1 sur 3 E. Macron, et 1 sur 5 E. Zemmour)
  • 2 sur 10 voteraient pour Eric Ciotti et Philippe Juvin (contre 4 sur 10 pour E. Macron et près d’un quart pour E. Zemmour)

D’un point de vue socio-démographique, les candidats LR feraient leur meilleur score auprès des 65 ans et plus.

A gauche, Jean-Luc Mélenchon serait crédité de 8%-9% (entre +1 et +2) des voix, Yannick Jadot 7%-8% (stable), Anne Hidalgo 5-6% (stable), Arnaud Montebourg 2% (-1) et Fabien Roussel à 2% (stable).

La progression de Jean-Luc Mélenchon en 2 semaines s’explique par un double mouvement : ses électeurs de 2017 sont plus nombreux à avoir l’intention de se rendre aux urnes (84% notes 8 à 10, +6), et ils seraient plus nombreux à voter à nouveau pour lui (42%, +11).

Ces candidats demeurent tributaires du fort morcellement des sympathisants de gauche : 27% d’entre eux voteraient pour J.-L. Mélenchon, 25% pour Yannick Jadot, 15% pour Anne Hidalgo, 6% pour Fabien Roussel, 4% pour Arnaud Montebourg, et 14% pour Emmanuel Macron.

Les autres candidats sont crédités de moins de 3% des intentions de vote exprimées.

Au 2nd tour : Emmanuel Macron accentue l’écart avec Marine Le Pen, Eric Zemmour et Xavier Bertrand

Compte-tenu des résultats mesurés au 1er tour et des marges d’erreur (cf. slide 24), nous publions les configurations de 2nd tour E. Macron / M. Le Pen, E. Macron / E. Zemmour et E. Macron / X. Bertrand (ces deux dernières hypothèses étant nettement moins probables que Macron/Le Pen).

Dans la configuration d’un duel Emmanuel Macron / Marine Le Pen au 2nd tour, l’écart augmenterait par rapport au 27 octobre avec 58% (+3) des intentions de vote exprimées pour Emmanuel Macron et 42% (-3) pour Marine Le Pen. Une dynamique dans la lignée des résultats mesurés au 1er tour.

Le Président sortant bénéficierait d’une mobilisation parfaite de ses potentiels électeurs du 1er tour, et du soutien d’une majorité absolue ou relative des potentiels électeurs de Yannick Jadot, d’Anne Hidalgo et du candidat de droite.

Marine Le Pen aurait un report parfait de ses électeurs du 1er tour et du soutien de 2 potentiels électeurs sur 3 d’Eric Zemmour, mais ne bénéficierait que des voix de 2 potentiels électeurs sur 10 du candidat de droite.

Une majorité des potentiels électeurs de Jean-Luc Mélenchon s’abstiendrait (50%).

Emmanuel Macron est crédité de 65% (+4 par rapport au 27 octobre) des voix face à Eric Zemmour (35%, -4)

Ces deux candidats bénéficieraient d’un report parfait de leurs électeurs du 1er tour. Emmanuel Macron aurait le soutien majoritaire (absolu ou relatif) des électeurs d’Anne Hidalgo, de Yannick Jadot et du candidat de droite. Eric Zemmour ne parviendrait qu’à mobiliser 1 potentiel électeur sur 2 de Marine Le Pen (4 sur 10 s’abstiendraient).

Emmanuel Macron (55%, +2) augmente légèrement l’écart sur Xavier Bertrand (45%, -2) par rapport au 6 octobre.

Ils bénéficieraient tous deux d’un report parfait de leurs potentiels électeurs du 1er tour. Emmanuel Macron obtiendrait une majorité des voix des potentiels électeurs de Yannick Jadot et d’Anne Hidalgo, tandis que Xavier Bertrand aurait les voix de près de la moitié des potentiels électeurs d’Eric Zemmour, et un tiers de Marine Le Pen (les deux autres tiers s’abstiendraient).

Dans cette configuration, les potentiels électeurs de 1er tour de Jean-Luc Mélenchon s’abstiendraient en majorité.

Sur les 5 candidats, Xavier Bertrand bénéficie des meilleurs traits d’image aux yeux des sympathisants LR comme de droite. Il devance Valérie Pécresse et Michel Barnier, ce dernier étant bien perçu sur l’incarnation de la fonction présidentielle

Invités à choisir parmi les 5 candidats LR celui qui, à leurs yeux, incarne le mieux 6 qualités attendues d’un Président de la République, les sympathisants LR citent en premier Xavier Bertrand :

42% considèrent qu’il est la personnalité la plus capable de rassembler les Français, 41% la plus à l’écoute de leurs préoccupations, 39% incarnent le mieux les valeurs de la droite, 38% incarnent le mieux la fonction présidentielle, 38% la plus compétente et 34% la plus capable de réformer le pays

Valérie Pécresse et Michel Barnier sont au coude-à-coude et choisis par près d’1 sympathisant LR sur 5 sur chacun de ces items, à l’exception de l’incarnation de la fonction présidentielle où Michel Barnier est particulièrement cité (32%).
Moins d’1 sympathisant sur 10 cite Eric Ciotti et Philippe Juvin, et près d’1 sur 10 aucune de ces personnalités.

Chez les sympathisants de droite, les tendances décrites ci-dessus sont globalement les mêmes.

Parmi l’ensemble des Français, entre 5 et 6 sur 10 ne citent aucune personnalité selon les items. Xavier Bertrand est le plus cité, par près de 2 sur 10.

Pour les sympathisants LR comme de droite, X. Bertrand a les meilleurs propositions sur 7 enjeux majeurs

Barnier est reconnu sur l’international, E. Ciotti sur le régalien et P. Juvin sur la santé

Xavier Bertrand est la personnalité parmi les 5 candidats qui, aux yeux des sympathisants LR, a les meilleurs propositions sur 7 thématiques : le pouvoir d’achat (46%), l’emploi (42%), l’éducation (35%), la sécurité (34%), la santé (34%), l’immigration (33%), l’environnement (32%). Ensuite, Valérie Pécresse et Michel Barnier font quasiment jeu égal sur tous les thèmes testés, cités chacun par près d’1 sympathisant sur 5, à l’exception de la politique étrangère et européenne où Michel Barnier est la première personnalité (32%) devant Xavier Bertrand (30%) et Valérie Pécresse (12%).

Eric Ciotti est particulièrement choisi sur les enjeux régaliens (21% sécurité, 19% immigration) et Philippe Juvin sur la santé (18%), arrivent tous les deux deuxième sur leurs thèmes de prédilection. Ces deux personnalités sont cités par moins de 5% des sympathisants sur les autres thèmes. Enfin, entre 16% et 20% (selon les thèmes) des sympathisants LR considèrent qu’aucune de ces personnalités n’a les meilleures propositions.

Chez les sympathisants de droite, les tendances décrites ci-dessus sont globalement les mêmes.

Parmi l’ensemble des Français, près de 6 sur 10 ne citent aucune personnalité sur chacun de ces items. Xavier Bertrand est le plus cité sur les enjeux économiques (emploi 18% et pouvoir d’achat 17%), régaliens (sécurité 16% et immigration 14%), sur la santé (13%), et l’éducation à égalité avec Valérie Pécresse (13%). Michel Barnier est le plus cité sur la politique étrangère et européenne (16%).

Allocution d’Emmanuel Macron : une majorité de Français favorable aux mesures annoncées

Une majorité de Français déclare être favorable à 6 mesures testées parmi celles annoncées par Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée diffusée ce mardi 9 novembre à 20h :

  • 73% des Français sont favorables à la suspension de l’allocation chômage pour les demandeurs d’emploi qui ne démontreront pas une démarche de recherche active
  • 69% sont favorables à l’impératif d’avoir travaillé au moins 6 mois durant les deux dernières années pour pouvoir être indemnisé par l’assurance chômage (contre 4 mois actuellement)
  • 63% au report de la réforme des retraites
  • 60% au masque dans les écoles
  • 57% à la construction de nouveaux réacteurs nucléaires
  • Et 56% à l’instauration du pass sanitaire conditionné à une 3ème dose dès le 15 décembre pour les 65 ans et plus

Les deux mesures qui concernent l’Assurance chômage sont approuvées par une très large majorité d’électeurs qui, dans cette enquête, ont déclaré avoir l’intention de voter pour Emmanuel Macron (93% et 89% favorables), pour le candidat LR (plus de 80%) et Eric Zemmour (près de 80%). A l’inverse, les potentiels électeurs de Jean-Luc Mélenchon sont plutôt divisés voire opposés (51% favorables suspension sans recherche active, 57% opposés à l’impératif d’avoir travaillé au moins 6 mois pour être indemnisé).

La construction de nouveaux réacteurs nucléaires est une mesure beaucoup plus clivante : près de 80% des potentiels électeurs du candidat LR, d’Emmanuel Macron et d’Eric Zemmour sont favorables. Les potentiels électeurs de Marine Le Pen sont divisés (50%-50%). Les potentiels électeurs des candidats de gauche sont majoritairement opposés (près de 60% opposés).

A noter que le clivage est aussi générationnel : 54% des 18-24 ans y sont opposés, 69% des 65 ans et plus favorables.

Le port du masque à l’école rencontre une solide adhésion des potentiels électeurs d’Emmanuel Macron (83%), mais un regard plus contrastée des potentiels électeurs de Marine Le Pen (54% favorables), Jean-Luc Mélenchon (49%) et Eric Zemmour (45%).

Une large majorité des potentiels électeurs d’Emmanuel Macron, du candidat LR, de Yannick Jadot et d’Anne Hidalgo sont favorables au pass sanitaire conditionné à une 3ème dose pour les 65 ans et plus dès le 15 décembre mais une majorité de ceux de Jean-Luc Mélenchon, de Marine Le Pen et d’Eric Zemmour sont opposés. A noter que 63% des 65 ans et plus y sont favorables.

Le report de la réforme des retraites est approuvée par une majorité au sein de tous les électorats.

 

Télécharger le rapport : Les Français, l’élection présidentielle 2022 et les candidats LR

Crédits image : Flickr / Tonio Vega

_____________________________________________________________________________

ELABE rappelle que les résultats de ce sondage doivent être interprétés comme une indication de l’état du rapport de force politique actuel en France métropolitaine dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022. Ils ne constituent en aucun cas un élément prédictif des résultats le jour du vote.

La notice de ce sondage peut être consultée sur le site internet de la Commission des sondages : www.commission-des-sondages.fr

Toute publication ou toute reprise de ce sondage doit faire figurer la méthodologie et les marges d’erreurs :

« Echantillon de 1484 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus, dont 1352 inscrits sur les listes électorales. Interrogation par Internet les 10 et 11 novembre 2021.

La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, région de résidence et catégorie d’agglomération.

Marge d’erreur comprise entre 1,1 et 3,0 points de pourcentage. »