Les Français et l’élection présidentielle 2022

L’intention d’aller voter baisse en 4 jours : 62% (-1) des inscrits se disent tout à fait certains de se rendre aux urnes et 13% (-2) l’envisagent sérieusement

A partir d’une échelle allant de 0 à 10 (où 0 signifie être tout à fait certain de ne pas aller voter et 10 être tout à fait certain d’aller voter, les notes intermédiaires permettant aux sondés de nuancer leur intention), 62% (-1 par rapport au 1er avril) des inscrits se disent tout à fait certain d’aller voter (note 10) et 13% (-2) l’envisagent sérieusement (note 9).

On mesure en 4 jours une certaine démobilisation des électeurs de 2017 de François Fillon (84% notes 9-10, -7) et, d’un point de vue socio-professionnel, des actifs (69%, -8), une démobilisation tant chez les cadres et professions intermédiaires (70%, -11) que chez les catégories populaires (66%, -7).

A ce jour, les 65 ans et plus (87% notes 9-10) et dans une moindre mesure les 50-64 ans (74%) et les 18-24 ans (75%) ont davantage l’intention de se mobiliser dimanche prochain que les 35-49 ans (68%) et les 25-34 ans (65%).

La certitude d’aller voter (62% note 10) est nettement inférieure à celle mesurée en 2017 à la même période, c’est-à-dire 5 jours avant le 1er tour (68%, soit 6 points de moins).

Au 1er tour, l’écart n’est plus que de 5 points entre Emmanuel Macron (28%, -0.5) et Marine Le Pen (23%, +1)

Jean-Luc Mélenchon occupe la 3ème place (15.5%, +0.5). E. Zemmour (9%, -0.5) et V. Pécresse (8%, -0.5) sont distancés

Emmanuel Macron est crédité de 28% (-0.5) des intentions de votes exprimées. Le Président sortant disposerait d’un soutien très solide de ses propres électeurs de 2017 (75% voteraient à nouveau pour lui) et du soutien de 26% des électeurs de François Fillon et 18% de Benoît Hamon. Il arriverait nettement en tête chez les 65 ans et plus (37%).

Marine Le Pen poursuit sa dynamique positive (23%, +1 en 4 jours, +8 en 1 mois) et n’est plus qu’à 5 points d’Emmanuel Macron.

Elle bénéficierait du soutien de 71% de ses électeurs de 2017, d’1 sur 10 de François Fillon, et d’un soutien en hausse des abstentionnistes (25%, +6). Elle arriverait nettement en tête au sein des catégories populaires (38%), en particulier chez les ouvriers (41%), et chez les 25-34 ans (40%).

En 2 semaines, Marine Le Pen progresse fortement auprès des électeurs qui se positionnent politiquement très à droite (54% à 71%, soit +17 points) au détriment principalement d’Eric Zemmour (34% à 24%, soit -10).

Jean-Luc Mélenchon est relativement stable à 15.5% (+0.5). Le candidat Insoumis aurait les voix de 60% de ses électeurs de 2017 et 20% de ceux de Benoît Hamon.

Eric Zemmour (9%, -0.5) et Valérie Pécresse (8%, -0.5) poursuivent leur baisse et sont distancés

Le candidat Reconquête disposerait des voix de 17% des électeurs de François Fillon et de 16% des électeurs de 2017 de Marine Le Pen.

Valérie Pécresse n’aurait qu’un soutien partiel des électeurs de François Fillon (38% voteraient pour elle, 26% pour E. Macron et 17% E. Zemmour).

En 3 semaines, Valérie Pécresse recule au sein de l’électorat de François Fillon (de 44% à 38%, soit -6) au profit principalement de Marine Le Pen (6% à 11%, soit +5).

Yannick Jadot (5%, +0.5) et Anne Hidalgo (2%, +0.5) sont en légère hausse, Fabien Roussel (2.5%, -1) en baisse.

Jean Lassalle est crédité de 3% (+0.5) des intentions de vote exprimées, Nicolas Dupont-Aignan 2% (-0.5), les autres candidats moins de 2%.

72% des électeurs se disent sûrs de leur choix

A ce jour, 72% (-1 en 4 jours) des électeurs qui ont l’intention d’aller voter (notes 9 à 10) se disent certains de leur choix. A l’inverse, 28% (+1) d’entre eux pourraient changer d’avis d’ici à l’élection, des chiffres relativement stables en 4 jours.

A 5 jours du 1er tour de l’élection présidentielle, les électeurs qui sont les plus sûrs de leur choix sont ceux de Marine Le Pen (84%) et d’Emmanuel Macron (82%), devançant les potentiels électeurs d’Éric Zemmour (79%), de Jean-Luc Mélenchon (76%) et de Valérie Pécresse (74%).
La sureté du choix des potentiels électeurs de Yannick Jadot est nettement plus fragile (51% sûrs, 49% pourraient changer d’avis).

Au 2nd tour, Emmanuel Macron (53%, =) devancerait Marine Le Pen (47%, =) dans les intentions de vote

Compte-tenu des résultats mesurés au 1er tour et des marges d’erreur (cf. slide 27), la configurations E. Macron / M. Le Pen est aujourd’hui la seule hypothèse plausible.

Emmanuel Macron bénéficierait de bons reports de voix des électeurs potentiels de 1er tour de Yannick Jadot (56%, et 34% s’abstiendraient) et dans une moindre mesure de Valérie Pécresse (44%).

Marine Le Pen disposerait d’un réservoir de voix important auprès des électeurs de 1er tour d’Éric Zemmour (72% d’entre eux voteraient pour elle au 2nd tour) et de deux réservoirs plus modestes mais non négligeables : 31% des électeurs de 1er tour de Jean-Luc Mélenchon voteraient pour Marine Le Pen, et 28% des électeurs de Valérie Pécresse feraient de même.

Ainsi, dans cette configuration, les électeurs de 1er tour de Jean-Luc Mélenchon seraient divisés : 4 sur 10 s’abstiendraient, 3 sur 10 voteraient pour Marine Le Pen et 3 sur 10 pour Emmanuel Macron.

6 Français sur 10 pronostiquent une réélection d’Emmanuel Macron et 2 sur 10 une victoire de Marine Le Pen

A ce jour, 60% (+3 par rapport au 1er avril 2022) des Français font le pronostic d’une réélection d’Emmanuel Macron en avril prochain.

2 Français sur 10 (stable) anticipent une victoire de Marine Le Pen et moins d’1 sur 10 de Jean-Luc Mélenchon (8%, -2).

4% (stable) font le pronostic d’une victoire d’Éric Zemmour et 2% (-1) Valérie Pécresse. Les autres candidats sont cités par moins de 3% des Français.

Les électeurs qui ont l’intention de voter pour Jean-Luc Mélenchon semblent moins optimistes quant à une victoire de leur champion (48%, -8 en 4 jours) et s’attendent de plus en plus à une victoire d’Emmanuel Macron (40%, +6). Ce phénomène est également présent mais de manière plus prononcée chez les potentiels électeurs de Valérie Pécresse (25%, -5 victoire de leur candidate / 64%, +6 E. Macron).

Les électeurs potentiels d’Emmanuel Macron s’attendent en masse à une réélection de leur champion (99%).

Une majorité des potentiels électeurs de Marine Le Pen s’attend à une victoire de leur candidate (64%), même si un tiers (33%) pense qu’Emmanuel Macron sera réélu.

Enfin, une majorité relative des potentiels électeurs d’Éric Zemmour anticipent une victoire de leur candidat (46%), 31% font le pronostic d’une victoire d’Emmanuel Macron et 19% de Marine Le Pen.

Les principales qualités attendues du Président de la République sont l’écoute, l’honnêteté, la compétence et la capacité à gérer des crises

Les 4 principales qualités que les Français attendent du Président de la République sont l’écoute des Français (citée par 54%, 3 réponses possibles parmi 13 items, +1 par rapport au 16 mars 2022), l’honnêteté (53%, -2), la compétence (41%, -6) et la capacité à gérer des crises (37%, -4). Ces 4 qualités sont celles les plus attendues au sein de toutes les catégories de population et électorats.

Loin derrière ce quatuor de tête, moins de 2 Français sur 10 citent le fait de bien représenter la France (17%, -1), la détermination (16%, +1), l’autorité (15%, +5) le courage (14%, =), la vision (9%, +1), le dynamisme (8%, +1), l’indépendance (6%, =), l’expérience (6%, +1) et le charisme (5%, -1).

L’écoute des Français est une qualité particulièrement importante pour les potentiels électeurs de 1er tour de Marine Le Pen (68%) et de Jean-Luc Mélenchon (66%), et d’un point de vue sociologique pour les catégories populaires (59%, contre 44% cadres), les Français qui doivent se restreindre pour boucler leurs fins de mois (62%, contre 49% sans se restreindre) et les habitants des communes rurales (61%, contre 47% agglomération parisienne)

Les potentiels électeurs d’Emmanuel Macron évoquent d’abord la capacité à gérer des crises (53%, -5) et la compétence (47%) devant l’écoute (40%) et l’honnêteté (39%).

La qualité la plus importante aux yeux des potentiels électeurs de Valérie Pécresse est la compétence (49%, – 6) juste devant l’honnêteté (48%).

Les potentiels électeurs d’Éric Zemmour placent l’honnêteté nettement en tête des qualités attendues d’un Président de la République (60%).

A noter que l’autorité (30%, +14 en 3 semaines) progresse nettement au sein de l’électorat potentiel d’Éric Zemmour.

Méthode à employer pour diriger le pays : des Français toujours aussi divisés entre réformisme et radicalité

Quand ils pensent à la politique à mener pour l’avenir de la France, 50% (-2 points depuis le 22 février 2022) des Français estiment qu’il faut faire évoluer la société et les lois de manière progressive, plutôt que vouloir faire des changements radicaux. A l’inverse, 49% (+2) considèrent qu’il faut faire des changements radicaux des lois et de la société, plutôt que vouloir les faire évoluer progressivement.

Des chiffres relativement stables depuis le 22 septembre 2021.

Politiquement, deux blocs émergent selon l’intention de vote au 1er tour :

•Les potentiels électeurs d’Emmanuel Macron (69%), de Valérie Pécresse (61%) et de Yannick Jadot (55%) estiment majoritairement qu’il faut faire évoluer la société de manière progressive
•A l’inverse, les potentiels électeurs d’Éric Zemmour (76%), de Marine Le Pen (67%) et de Jean-Luc Mélenchon (55%) considèrent en majorité qu’il faut faire des changements radicaux des lois et de la société

L’inquiétude vis-à-vis de la situation en Ukraine reste élevée mais recule en 2 semaines (83%, -4)

83% (-4 par rapport au 22 mars 2022, -7 par rapport au 8 mars) des Français se disent inquiets de la situation en Ukraine, dont 31% (-5 en 2 semaines, -14 en 1 mois) très inquiets et 52% (+1 en 2 semaines) plutôt inquiets. A l’inverse, 17% (+5) ne sont pas inquiets, dont 13% (+4) pas vraiment inquiets et 4% (+1) pas du tout inquiets.

L’inquiétude reste largement majoritaire dans toutes les catégories de population et électorats. C’est auprès des plus jeunes que l’inquiétude recule : 18-24 (68%, -13) et 25-34 ans (74%, -8). A contrario, elle reste stable auprès des 35 ans et plus (83%-91%).

D’un point de vue politique, selon l’intention de vote au 1er tour, l’inquiétude recule nettement auprès des potentiels électeurs d’Eric Zemmour (63%, -10) et de manière beaucoup plus faible auprès des électorats des principaux autres candidats (81%-93%, -2 à -4).

A noter que les potentiels électeurs d’Emmanuel Macron demeurent les plus inquiets (93%).

 

Télécharger le rapport : Les Français et l’élection présidentielle 2022

Crédits image : Flickr/ Loïc Brohard Palais de l’Élysée

______________________________________________________________________

ELABE rappelle que les résultats de ce sondage doivent être interprétés comme une indication de l’état du rapport de force politique actuel en France métropolitaine dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022. Ils ne constituent en aucun cas un élément prédictif des résultats le jour du vote.

La notice de ce sondage peut être consultée sur le site internet de la Commission des sondages : www.commission-des-sondages.fr

Toute publication ou toute reprise de ce sondage doit faire figurer la méthodologie et les marges d’erreurs :

« Echantillon de 1 538  personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus, dont 1 423 inscrits sur les listes électorales. Interrogation par Internet du 4 au 5 avril 2022..

La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, région de résidence et catégorie d’agglomération.

Pour les questions d’intention de vote, seules les personnes inscrites sur les listes électorales et ayant l’intention d’aller voter sont prises en compte.

Pour les questions d’opinion, l’ensemble de l’échantillon est pris en compte

Marge d’erreur comprise entre 1,1 et 3,1 points de pourcentage. »