58% des Français se disent mécontents de la composition du nouveau gouvernement

Les Français demeurent partagés sur la nomination d’Elisabeth Borne : 34% jugent que c’est une bonne chose pour le pays, 31% une mauvaise chose, 35% n’ont pas d’avis

34% (-2 en une semaine) des Français estiment que la nomination d’Elisabeth Borne au poste de Premier Ministre est une bonne chose pour la France, dont 25% (-2) une assez bonne chose et 9% (=) une très bonne chose. A l’inverse, 31% (+5) considèrent que cette nomination est une mauvaise chose, dont 17% (+4) une assez mauvaise chose et 14% (+1) une très mauvaise chose.
A ce jour, 35% (-3) des Français
n’ont pas d’avis sur cette nomination.

En 1 semaine, le jugement porté sur la nomination d’Elisabeth Borne se dégrade chez les électeurs de Marine Le Pen (46% mauvaise chose, +7).

La nomination d’Elisabeth Borne est bien accueillie dans son camp : une large majorité des électeurs d’Emmanuel Macron au 1er tour de la présidentielle estime que c’est une bonne chose pour le pays (82%, et 15% n’ont pas d’avis).

A l’inverse cette nomination n’est une bonne chose que pour une minorité des électeurs de Marine Le Pen (17%, contre 46% mauvaise chose et 37% pas d’avis), de Jean-Luc Mélenchon (29%, 43% mauvaise chose et 28% pas d’avis) et des abstentionnistes (25%, 28% mauvaise chose et 47% pas d’avis).

Dans le détail, une majorité relative des sympathisants EELV (49% bonne chose) et PS (47%) portent un regard positif sur la nomination de la nouvelle Première ministre, au contraire des sympathisants LFI qui sont beaucoup plus critiques (21% bonne chose, 50% mauvaise chose). A noter enfin que la majorité des sympathisants LR estime que cette nomination est une bonne chose pour le pays (56%, contre 22% mauvaise chose).

58% des Français se disent mécontents de la composition du nouveau gouvernement

Dans le détail, 41% des Français se disent plutôt mécontents et 17% très mécontents. A l’inverse, 40% se disent satisfaits, dont 38% plutôt satisfaits et 2% très satisfaits.

Il s’agit, à titre de comparaison, d’un niveau de satisfaction nettement plus faible que celui mesuré pour les gouvernements Phillipe 1 (61% satisfaits*) et Philippe 2 (59% satisfaits**), et au même niveau que le gouvernement remanié d’octobre 2018 qui avait vu notamment la nomination de C. Castaner à l’Intérieur suite au départ de G. Collomb (43% satisfaits***).

Les électeurs d’Emmanuel Macron (présidentielle 2022 1er tour) se disent satisfaits de la composition du nouveau gouvernement (88%), les principaux électorats des forces d’opposition – Eric Zemmour (84% mécontents), Marine Le Pen (82%) et Jean-Luc Mélenchon (74%) – sont à l’inverse mécontents. Au sein des camps politiques moins éloignés de la majorité présidentielle, une majorité plus courte se dit mécontente : sympathisants PS (51% mécontents, 44% satisfaits) et LR (54% mécontents, 46% satisfaits).

(*) Enquête ELABE/BFMTV du 17 mai 2017
(**) Enquête ELABE/BFMTV du 22 juin 2017
(***) Enquête ELABE/BFMTV du 17 octobre 2018

Pour l’opinion publique, un nouveau gouvernement plutôt paritaire mais qui manque de renouvellement, de poids dans la politique qui sera menée et d’équilibre politique…

Une courte majorité (relative) de Français reconnait au nouveau gouvernement l’existence d’une vraie parité hommes-femmes (38%, contre 23% les ministres les plus importants sont des hommes et 39% n’ont pas d’avis).

Les Français sont en revanche très partagés sur la diversité des profils (30% vraie diversité, 30% pas assez de diversité, 40% pas d’avis).

Une courte majorité (relative) des Français a un regard plutôt négatif sur le manque d’importance accordée aux enjeux écologiques (34% ne donne pas assez d’importance, 28% donne assez d’importance, 38% pas d’avis), l’expérience (33% pas assez d’expérience, 25% a de l’expérience, 42% pas d’avis) et l’équilibre politique (36% pas bien équilibré politiquement, 23% bien équilibré, 41% pas d’avis).

Enfin, l’opinion publique est assez critique concernant le renouvellement (48% pas assez de renouvellement, 20% il y a un vrai renouvellement, 32% pas d’avis) et le poids dans la politique menée (52% ne fera qu’appliquer les décisions d’Emmanuel Macron, 17% va peser dans la politique menée, 31% pas d’avis).

D’un point de vue politique :

  • Les électeurs d’Emmanuel Macron (présidentielle 2022, 1er tour) ont sur l’ensemble de ces sujets un jugement favorable au nouveau gouvernement, même si un quart d’entre eux souligne le manque de renouvellement et le manque de poids dans le choix de la politique menée
  • Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon se montrent plutôt critiques, en particulier sur le manque de renouvellement (73%), d’importance accordée aux enjeux écologiques (63%) et d’équilibre politique (62%). En revanche, une courte majorité note l’existence d’une vraie parité hommes-femmes (39%, contre 34% non).
  • Les électeurs de Marine Le Pen portent également un regard plutôt négatif sur le nouveau gouvernement, ils évoquent notamment le manque de poids dans les décisions (73%) et de renouvellement (57%)

… et qui n’incarne pas la nouveauté promise par Emmanuel Macron

Lors de son investiture pour son second mandat, Emmanuel Macron a déclaré : « Le peuple a confié à un président nouveau un mandat nouveau ». Pour 70% des Français, ce gouvernement n’incarne pas la nouveauté, un « mandat nouveau », dont 38% pas vraiment et 32% pas du tout. A l’inverse, 29% considèrent qu’il incarne la nouveauté, dont 25% plutôt et 4% tout à fait.

Seuls les électeurs d’E. Macron estiment que ce nouveau gouvernement incarne la nouveauté (72%), les autres électorats sont beaucoup plus sceptiques : E. Zemmour (94% non), M. Le Pen (88%), J.-L. Mélenchon (84%), un scepticisme partagé par les abstentionnistes (71%).

Près de 2 Français sur 3 jugent que ce gouvernement ne sera pas efficace pour répondre aux principaux problèmes qui se posent au pays

65% des Français pensent que ce nouveau gouvernement ne sera pas efficace pour répondre aux problèmes du pays, contre 33% qui estiment qu’il sera efficace. Il s’agit d’un jugement nettement plus critique que celui mesuré pour les gouvernements Phillipe 1 (65% efficace*) et Philippe 2 (53% efficace**), et au même niveau que le gouvernement remanié d’octobre 2018 qui avait vu notamment la nomination de C. Castaner à l’Intérieur suite au départ de G. Collomb (30% efficace***).

Seuls les électeurs d’Emmanuel Macron pensent que ce nouveau gouvernement sera efficace (80%), les autres principaux électorats sont très pessimistes : Eric Zemmour (91% pas efficace), Marine Le Pen (85%) et Jean-Luc Mélenchon (79%), un pessimisme partagé par les abstentionnistes (69%).

Dans le détail, 71% des Français pensent que ce gouvernement ne sera pas efficace pour améliorer le pouvoir d’achat des Français, 71% pour réduire les inégalités sociales, 69% pour mener une bonne politique d’immigration, 68% pour relever le défi écologique, 67% pour améliorer le système de santé, 65% pour améliorer la sécurité des Français, 65% pour mener une bonne politique d’éduction et 60% pour améliorer la dynamique économique du pays.

Une large majorité des électeurs d’Emmanuel Macron fait confiance au gouvernement pour répondre efficacement à l’ensemble de ces enjeux (de 63% immigration à 84% économie).

A contrario, les électeurs de Marine Le Pen (81%-91% pas efficace), de Jean-Luc Mélenchon (69%-85%) et les abstentionnistes (66%-76%) estiment en majorité que le nouveau gouvernement ne sera pas efficace sur l’ensemble de ces enjeux.

(*) Enquête ELABE/BFMTV du 17 mai 2017
(**) Enquête ELABE/BFMTV du 22 juin 2017
(***) Enquête ELABE/BFMTV du 17 octobre 2018

Une courte majorité de Français (53%) estime qu’un membre du gouvernement visé par des accusations de viols ou d’agressions sexuelles doit démissionner

53% des Français considèrent que face à des accusations de viol ou d’agression sexuelle, un membre du gouvernement visé par ces accusations doit quitter le gouvernement. A l’inverse, 46% estiment que tant que la justice ne s’est pas prononcée, il y a présomption d’innocence et un membre du gouvernement ne doit pas démissionner.

Le jugement porté sur cette question dépend en premier lieu de l’opinion politique : une majorité des électeurs d’Emmanuel Macron estiment que tant que la justice ne s’est pas prononcée, un membre du gouvernement ne doit pas démissionner (66%). A l’inverse, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (67%), de Marine Le Pen (63%) et les abstentionnistes (57%) considèrent qu’il doit quitter le gouvernement.

Une majorité des femmes considère qu’en pareil cas un membre du gouvernement doit démissionner (58%), les hommes sont quant à eux plus partagés (51% ne doit pas démissionner tant que la justice ne s’est pas prononcée, 48% doit démissionner).

En termes d’âge, les 65 ans et plus sont une courte majorité à affirmer le principe de présomption d’innocence (52%), les autres tranches d’âge se prononcent en faveur de la démission du gouvernement (54%-58%).

Télécharger le document :Les Français et le nouveau gouvernement

Crédits image : Flickr / Stéphane