Les Français et Jean-Luc Mélenchon

Entre 2 et 3 Français sur 10 font confiance à Jean-Luc Mélenchon sur les enjeux économiques (relocalisation, pouvoir d’achat, emploi/croissance)

Sur ces enjeux, il est la personnalité la plus crédible pour les sympathisants de gauche

Pour relocaliser sur le territoire français les productions essentielles à la vie du pays, 28% des Français font confiance à Jean-Luc Mélenchon. Sur 11 candidats potentiels à la présidentielles testés, J.-L Mélenchon est la 5ème personnalité avec le plus haut niveau de confiance, dont la 2ème personnalité sur les 4 candidats de gauche. Il arrive derrière E. Macron (35%), M. Le Pen (34%), A. Montebourg (32%) et X. Bertrand (32%), et devant E. Zemmour (26%), M. Barnier (26%), V. Pécresse (25%), Y. Jadot (23%), N. Dupont-Aignan (23%) et A. Hidalgo (19%).

Pour améliorer le pouvoir d’achat des Français, 26% d’entre eux font confiance à Jean-Luc Mélenchon, il arrive 4ème sur les 11 candidats, et assez nettement 1er sur les 4 candidats de gauche. Son niveau de confiance est moins élevé qu’E. Macron (30%), X. Bertrand (29%) et M. Le Pen (27%), mais plus élevé que V. Pécresse (24%), M. Barnier (22%), E. Zemmour (19%), A. Montebourg (19%), A. Hidalgo (18%), Y. Jadot (17%), et N. Dupont-Aignan (17%).

Par rapport au 20 octobre, la confiance envers Jean-Luc Mélenchon progresse de 4 points (une hausse plus importante que tous les autres candidats entre stable et +3, à l’exception de Michel Barnier à +4 également).

Pour mener une bonne politique économique (croissance, emploi), seuls 21% font confiance à Jean-Luc Mélenchon, soit 7ème sur 11, dont 2ème sur 4 à gauche. Une proportion plus faible qu’E. Macron (36%), X. Bertrand (32%), M. Barnier (28%), M. Le Pen (28%), V. Pécresse (26%), et A. Montebourg (23%), mais plus importante qu’E. Zemmour (20%), N. Dupont-Aignan (18%), Anne Hidalgo (17%) et Yannick Jadot (17%).

En comparaison avec les 10 autres candidats, Jean-Luc Mélenchon bénéficie des niveaux de confiance les plus élevés auprès des sympathisants de gauche pour les 3 items. Une majorité d’entre eux lui fait confiance pour relocaliser (61%) et sur le pouvoir d’achat (57%), ils sont en revanche divisés sur sa capacité à réaliser une bonne politique économique (47% confiance, 52% pas confiance). A. Montebourg le « dépasse » sur la relocalisation et la croissance/emploi car il bénéficie d’une meilleure confiance chez les sympathisants LREM/MoDem et surtout de droite.

Verdict des Français sur les principales propositions économiques de Jean-Luc Mélenchon :

Une large adhésion aux mesures en faveur du pouvoir d’achat et de justice sociale

Mais une réticence à la sortie du nucléaire et aux 32h, et un rejet de la hausse des droits de succession

Parmi 11 propositions économiques de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle, les Français sont très majoritairement favorables à :

  • Bloquer les prix de l’énergie (88% favorables, dont 44% très favorables)
  • Bloquer les prix des produits alimentaires (81% favorables, dont 39% très favorables)
  • Interdire le versement de dividendes aux actionnaires dans les entreprises ayant recours à des licenciements économiques (79% favorables, dont 45% très favorables)
  • Augmenter le SMIC à 1400€ net par mois (contre 1258€ net actuellement) (79% favorables, dont 39% très favorables)
  • Fixer un écart minimum de 1 à 20 pour les salaires au sein des entreprises (c’est-à-dire que le salaire le plus élevé ne peut pas dépasser 20 fois le salaire le plus faible) (79% favorables, dont 35% très favorables)
  • Rétablir l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) (74% favorables, dont 42% très favorables)
  • Revenir sur la privatisation de la gestion des autoroutes et les renationaliser (74% favorables, dont 33% très favorables)
  • Ramener l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans (contre 62 ans aujourd’hui) (65% favorables, dont 36% très favorables)

Ces mesures disposent d’un relatif consensus dans l’opinion et sont approuvées par une nette majorité de Français au sein de toutes les catégories de population et électorats (et encore plus par les sympathisants de gauche), à l’exception de la retraite à 60 ans dont « seuls » 37% des électeurs de François Fillon, 49% d’Emmanuel Macron et 48% des 65 ans et plus y sont favorables.

En revanche, une courte majorité de Français est opposée à :

  • Sortir totalement du nucléaire, en fermant tous les réacteurs, d’ici 2045 (53% opposés, 47% favorables)
  • Réduire le temps de travail à 32h par semaine (pour un emploi à temps plein) (57% opposés, 43% favorables)

Ces deux mesures sont les plus clivantes politiquement. Elles sont plutôt approuvées par les sympathisants de gauche (respectivement 63% pour les deux mesures), plutôt désapprouvées par les sympathisants RN (53% et 61% opposés), et LREM/MoDem (60% et 69% opposés) et rejetées par les sympathisants de droite (81% et 83% opposés).

  • Et une large majorité est opposée à l’augmentation les droits de succession (impôt payé au moment de la succession) (80% opposés, dont 45% très opposés)

Cette mesure rencontre l’opposition d’une nette majorité de Français au sein de toutes les catégories de populations et électorats, y compris de la part des sympathisants de gauche (69% opposés).

A l’exception de la sortie du nucléaire et de la semaine de travail à 32h, les mesures proposées par Jean-Luc Mélenchon paraissent réalisables aux yeux des Français

Sur les 11 mesures testées dans ce sondage, 9 paraissent réalisables pour une nette majorité de Français

  • Rétablir l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) (76% réalisables, dont 44% tout à fait réalisables)
  • Bloquer les prix de l’énergie (70% réalisables, dont 31% tout à fait réalisables)
  • Revenir sur la privatisation de la gestion des autoroutes et les renationaliser (69% réalisables, dont 28% tout à fait réalisables)
  • Interdire le versement de dividendes aux actionnaires dans les entreprises ayant recours à des licenciements économiques (66% réalisables, dont 35% tout à fait réalisables)
  • Augmenter le SMIC à 1400€ net par mois (contre 1258€ net actuellement) (66% réalisables, dont 30% tout à fait réalisables)
  • Fixer un écart minimum de 1 à 20 pour les salaires au sein des entreprises (c’est-à-dire que le salaire le plus élevé ne peut pas dépasser 20 fois le salaire le plus faible) (65% réalisables, dont 29% tout à fait réalisables)
  • Bloquer les prix des produits alimentaires (63% réalisables, dont 30% tout à fait réalisables)

Ces deux mesures apparaissent réalisables pour une courte majorité :

  • Augmenter les droits de succession (impôt payé au moment de la succession) (56% réalisables, dont 18% tout à fait réalisables)
  • Ramener l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans (contre 62 ans aujourd’hui) (55% réalisables, dont 28% tout à fait réalisables)

Ces mesures sont perçues comme majoritairement réalisables par l’ensemble des catégories de populations et électorats (et particulièrement par les sympathisants de gauche), à l’exception de l’âge de départ à la retraite à 60 ans : les sympathisants RN (78% réalisable) et de gauche (66% réalisable) jugent cette réforme réalisable en majorité, tandis que les sympathisants LREM/MoDem (63% pas réalisable) et de droite (61% pas réalisable) ont majoritairement un avis contraire.

Mais à l’inverse, 2 mesures sont jugées irréalisables par une majorité :

  • Sortir totalement du nucléaire, en fermant tous les réacteurs, d’ici 2045 (64% pas réalisable)
  • Réduire le temps de travail à 32h par semaine (pour un emploi à temps plein) (61% pas réalisable)

Ces deux mesures sont irréalisables pour une majorité de Français au sein de l’ensemble des catégories de populations et électorats, sauf pour les sympathisants de gauche (55% et 53%) et pour les Français qui y sont favorables (62% et 69%).

Télécharger le rapport : Les Français et Jean-Luc Mélenchon

Crédits image : Flickr / The Left