Les Français et les fêtes de fin d’année

6 à table pour le repas de Noël : 1 Français sur 5 ne respectera pas la consigne sanitaire

19% des Français n’envisagent pas leur repas de noël en respectant la règle des 6 adultes et adolescents à table, contre 1 Français sur 2 (50%) qui envisage de la respecter. Un quart (23%) ne sait pas encore combien de convives seront présents pour fêter noël, et 8% déclarent ne pas le fêter.

La proportion de Français qui prévoit de célébrer noël en ne respectant pas la règle des 6 personnes est un peu plus élevée chez les jeunes : 28% chez les 18-24 ans, 22% chez les 35-49 ans et 21% chez les 25-34 ans, contre 13% pour les 50 ans et plus.

Et 1 sur 10 pour la soirée du Nouvel an

Concernant la soirée du nouvel an, 10% des Français ont l’intention de ne pas respecter la consigne des 6 personnes, contre 43% qui la respecteront. Près d’un quart (28%) ne savent pas pas encore dans quel contexte ils basculeront vers l’année 2021, et 19% déclarent qu’ils ne le fêteront pas.

La proportion de Français qui prévoit de fêter l’arrivée de la nouvelle année à plus 6 personnes est plus élevée chez les jeunes, elle atteint 20% chez les 18-24 ans, et 15% chez les 25-34 ans.

Seul 1 Français sur 5 a l’intention de se faire tester au Covid-19 avant les fêtes de fin d’année

20% des Français prévoient de se faire tester au Covid-19 avant de retrouver leurs proches pour les fêtes de fins d’année, dont 14% probablement et seulement 6% certainement. A l’inverse, 64% déclarent qu’ils ne se feront pas tester avant de voir leurs proches, dont 43% probablement pas et 21% certainement pas. 16% déclarent qu’ils ne passeront pas les fêtes avec des personnes extérieures au foyer.

Les jeunes qui, par ailleurs, prévoient de fêter noël en compagnie de plus de personnes que leurs ainés, sont aussi ceux qui envisagent le plus de se faire tester : 30% chez les 18-34 ans, 20% chez les 35-49 ans, 16% 50-64 ans et 13% chez les 65 ans et plus.

Les habitants de l’agglomération parisienne ont un peu plus le projet de se faire tester (27%) que les habitants des autres catégories d’agglomération (16%-20%).

Les Français qui prévoient de ne pas respecter la consigne sanitaire à noël ont à peine plus l’intention de se faire tester (25%), que ceux qui la respecteront (18%).

Plus d’1 Français sur 5 prévoit de se déplacer dans une autre région pour les fêtes de fin d’année

22% des Français ont l’intention de se déplacer dans une autre région pour célébrer les fêtes de fins d’années, contre 71% qui prévoient de rester dans leur région. 7% ne savent pas encore.

Les cadres (42%), les habitants de la région parisienne (34%), et les 18-34 ans (29%) sont les populations qui envisagent le plus de passer les fêtes de fin d’année dans une autre région.

Respect du confinement : 3 Français sur 10 déclarent déroger aux consignes

29% des Français déclarent qu’il leur est arrivé ces derniers jours de ne pas respecter les règles du confinement (déplacement non-autorisé, rencontre avec des amis/familles ne faisant pas partie de votre foyer, etc.), dont 15% à plusieurs reprises et 14% une seule fois. A l’inverse, 71% déclarent ne jamais avoir contourné ces consignes.

Les Français les plus distants avec les consignes du confinement sont les plus jeunes : 44% des 18-34 ans disent qu’ils leur est arrivé ne pas respecter les consignes (dont 25% plusieurs fois), contre 26% des 35-49 ans, 23% des 50-64 ans et 20% pour les 65 ans et plus.

Le refus de se faire vacciner contre la Covid-19 devient majoritaire

52% (+4 points en deux semaines) des Français déclarent que si dans les prochains mois un vaccin contre la Covid-19 était disponible et approuvé par les autorités scientifiques françaises, ils ne se feraient pas vacciner, dont 30% (+3) certainement pas et 22% (+1) probablement pas. A l’inverse, 34% (-3) des Français déclarent qu’ils se feraient vacciner, dont 23% (-1) probablement et 11% (-2) certainement. 14% (-1) ne savent pas encore.

Le refus de la vaccination est stable ou progresse auprès des populations les plus opposés : les catégories populaires (62% non, +6), les parents (60%, +1), les femmes (56%, +1), et les plus jeunes : 18-24 ans (57%, +10), 25-34 ans (58%, +5) et 35-49 ans (60%, +5).

A ces différences sociologiques s’ajoute un clivage politique. Les Français les plus en opposition au gouvernement sont les plus opposés à se faire vacciner : les électeurs de Marine Le Pen d’abord à la faveur d’une forte hausse de 15 points (68%, +15) et ceux de Jean-Luc Mélenchon ensuite (57%, +3). En comparaison, le refus ne concerne qu’1 électeur sur 3 de Benoît Hamon (37%, -1), d’Emmanuel Macron (34%, +3), et de François Fillon (34%, -10), un proportion de refus en nette baisse chez ces derniers.

Forte baisse de la confiance en l’exécutif pour lutter efficacement contre l’épidémie (36%, -12)

36% des Français font confiance à Emmanuel Macron et au gouvernement de Jean Castex pour lutter efficacement contre l’épidémie de Covid-19, une confiance en forte baisse de 12 points en deux semaines et atteint pratiquement le niveau le plus bas enregistré par ELABE pour BFMTV depuis le début de l’épidémie. Dans le détail, 30% (-9) font plutôt confiance à l’exécutif, et 6% (-3) tout à fait confiance. A l’inverse, 64% (+12) ne lui font pas confiance, dont 35% (+3) pas vraiment confiance et 29% (+9) pas du tout confiance.

Politiquement, la confiance baisse au sein de tous les électorats. Elle reste malgré tout majoritaire chez les électeurs d’Emmanuel Macron (71%, -9), mais devient minoritaire chez ceux de François Fillon (38%, -13 en deux semaines, et -21 en trois semaines). La confiance recule et devient très minoritaire au sein des autres électorats : Benoît Hamon (24%, -24), Jean-Luc Mélenchon (23%, -7) et Marine Le Pen (18%, -13).

La confiance en l’exécutif enregistre également une baisse importante au sein de toutes les catégories de population, à l’exception des cadres où elle reste stable et majoritaire (58%, -1). Elle est minoritaire et faiblit au sein des autres catégories socio-professionnelles : employés (38%, -6), professions intermédiaires (34%, -9), et particulièrement chez les ouvriers à la faveur d’une baisse importante (24%, -22).

En termes d’âge, malgré une baisse les 18-24 ans ont une opinion un peu plus positive que les autres tranches d’âges (45%, -15 ; contre 31%-37%, -9 à -14).

Le niveau d’inquiétude vis-à-vis de la propagation du virus reste stable à un niveau élevé (70%, -1)

70% (-1 point en deux semaines) des Français se disent inquiets de la propagation du virus en France, dont 54% (-2) plutôt inquiets et 16% (+1) très inquiets. A l’inverse, 30% (+2) ne sont pas inquiets, dont 24% (+1) pas vraiment inquiets et 6% (+1) pas du tout inquiets.

D’un point de vue général, le niveau d’inquiétude est majoritaire et est relativement homogène et stable selon les catégories de population. C’est notamment le cas entre les catégories socio-professionnelles : 70% (=) chez les cadres, 68% (-4) chez les ouvriers, 66% (-1) professions intermédiaires, et 64% (-2) chez les employés.

La seule différence notable se fait sur l’âge où les ainés se montrent les plus inquiets, une inquiétude en légère augmentation : 82% (+6) chez les 65 ans et plus, 71% (+1) chez les 50-64 ans, contre 64% (-11) chez les 35-49 ans, 64% (-4) chez les 18-24 ans, et 62% (+3) chez les 25-34 ans.

Télécharger le rapport : Les Français et les fêtes de fin d’année

Crédits photo : Flickr / Foto_ROU