Les Français et l’épidémie de Covid-19 – Vague 39

Déconfinement, les envies des Français : aller au restaurant, partir en vacances et partager un moment avec leurs proches

Interrogés sur ce qu’ils auront envie de faire en priorité lorsque les différentes étapes du déconfinement auront eu lieu, les Français souhaitent avant tout aller manger dans un restaurant (49% parmi trois réponses possibles, -3 points depuis le 17 février*), une volonté qui arrive en tête dans la quasi-totalité des catégories de la population.

 En 2ème position les Français veulent partir en vacances, en voyage (37%, -4), un projet davantage cité par les cadres (46%) et professions intermédiaires (46%) que par les catégories populaires (36%).

Derrière ce duo, les Français souhaitent revoir leurs proches :

  • Partager un moment avec leurs parents, enfants, membres de leur famille (36%, +5), un souhait qui reste prioritaire pour les 65 ans et plus (49%, +4), qui le devient pour les 35-64 ans (39%, +10), mais qui reste moins prioritaire pour les moins de 35 ans (19%, -1)
  • Partager un moment avec leurs amis (34%, -1)
  • Serrer dans leurs bras les personnes qu’ils aiment (31%, =). Une envie également davantage exprimée par les 65 ans et plus (49%) que par les moins de 35 ans (20%)

Près d’1 Français sur 5 souhaite retrouver une vie culturelle en retournant au théâtre, cinéma, concert ou musée (19%, -4), un souhait particulièrement exprimée par les habitants de l’agglomération parisienne (31%) et par les cadres (29%).

Entre 1 et 2 Français sur 10 veulent en priorité :

  • Faire une soirée ou faire la fête le soir (17%, =), un souhait particulièrement évoqué par les 18-24 ans (36%) et dans une moindre mesure les 25-34 ans (21%)
  • Aller dans un bar (14%, +4), également évoqué par les 18-24 ans (32%, +11) et les 25-34 ans (18%)

1 Français sur 10 ou moins cite prioritairement faire de nouveau du sport collectif ou en salle (10%, -5), reprendre le travail comme avant et revoir ses collègues (6%, -1), et participer à la vie associative (6%, -2).

Enfin, 7% déclarent qu’ils n’ont aucune envie particulière, simplement pouvoir faire ce qu’ils veulent sans trop de contrainte.

4 Français sur 10 déclarent qu’ils ne respecteront pas de manière stricte les gestes barrières dans les semaines à venir

Si 59% des Français déclarent qu’ils continueront de pratiquer de manière stricte les gestes barrières dans les prochaines semaines, 35% disent qu’ils garderont certaines précautions mais ne les pratiqueront pas de manière stricte, et 5% disent qu’ils ne pratiqueront plus les gestes barrières.

Le relâchement des gestes barrières est plus présent chez les plus jeunes : 54% des 18-24 ans et 43% des 25-34 ans disent qu’ils garderont certaines précautions mais ne les appliqueront pas de manière stricte, contre 27%-33% des 35 ans et plus. Près d’1 Français âgé de 25 à 34 ans sur 10 (9%) déclarent même qu’il ne les pratiquera plus.

Une majorité de Français désormais favorable au « pass sanitaire »

63% des Français sont favorables à la mise en place d’un « pass sanitaire » conditionnant l’accès à certains lieux ou événements (stades, salles de concert, festivals…) à une vaccination contre la Covid-19 ou à un test négatif récent, dont 34% assez favorables et 29% très favorables. A l’inverse, 37% sont opposés, dont 15% assez opposés et 22% très opposés.

L’adhésion au « pass sanitaire » est majoritaire au sein de toutes les catégories de population.
Les plus favorables sont les 50 ans et plus (71%), les électeurs d’Emmanuel Macron (83%) et de François Fillon (74%)
Les population les plus partagés sur ce « pass sanitaire » sont les 25-34 ans (52% favorables) et les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (53%).

A titre de comparaison, le 3 mars 2021, 48% des Français étaient favorables et 52% opposés à un « pass sanitaire » qui concernaient également les lieux du quotidien comme les restaurants, bars et musées.

Mais l’état d’esprit des Français reste dominé par la lassitude

Plus d’un an après le début de l’épidémie de covid-19 en France, et alors que le déconfinement progressif vient de débuter, le mot qui décrit le mieux l’état d’esprit des Français est la lassitude (68%, parmi trois réponses possibles), devant la colère (40%), la nostalgie (37%), la tristesse (37%), et la peur (29%).

Les mots positifs sont beaucoup moins cités : la confiance (18%), la sérénité (15%), et la satisfaction (10%). Enfin, 5% évoquent la surprise et 3% la culpabilité.

La lassitude est très présente dans l’ensemble de la population, elle est le premier adjectif cité au sein de toutes les catégories de la population, et augmente avec l’âge : de 54% chez les 18-24 ans, 67% chez les 25-49 ans, jusqu’à 73% chez les 50 ans et plus.

La colère est particulièrement évoquée par les Français les plus opposés au gouvernement : électeurs de Marine Le Pen (du 1er tour 57%, et surtout du 2nd 61%), de Jean-Luc Mélenchon (47%), et Français qui se disent « gilets jaunes » ou qui soutiennent ce mouvement (52%).

La tristesse est notamment mentionnée par les 65 ans et plus (47%), et par les personnes de 50 ans et plus qui vivent seules (55%).

La confiance et la sérénité sont davantage ressenties par les électeurs d’Emmanuel Macron (26%, et 22%). La sérénité est également davantage citée par les Français qui bouclent facilement leurs fins de mois (18%, contre 9% chez ceux qui les bouclent difficilement).

Pour 6 Français sur 10, l’épidémie est loin d’être terminée et reprendra de nouveau

61% des Français considèrent que l’épidémie est loin d’être terminée et reprendre de nouveau fortement. A l’inverse, 38% estiment que le plus gros de l’épidémie est derrière nous et qu’elle va se réduire progressivement.

Le pessimisme est majoritaire au sein de toutes les catégories de population et électorats, à l’exception des électeurs d’Emmanuel Macron (54% le plus gros est derrière nous, 44% l’épidémie reprendra fortement). Les professions intermédiaires (70% reprendra fortement), les femmes (65%), les personnes qui ont des difficulté à boucler leurs fins de mois (68%) et les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (72%) sont les plus pessimistes.

Une majorité de Français s’attend à retrouver une vie normale en 2022 ou après

1 Français sur 4 considère qu’on ne retrouvera jamais une vie normale

Invités à évaluer le temps nécessaire pour retrouver une « vie normale » :

  • 62% (+10 depuis le 24 mars) des Français estiment qu’ils parviendront à retrouver une vie normale en 2022 (35%) ou après 2022 (27%)
  • Seuls 14% (-9) des Français pensent qu’ils retrouveront une vie normale en 2021 (dont 2% avant l’été et 12% après)
  • Enfin, 1 Français sur 4 (23%, -2) considère qu’il ne retrouvera jamais une vie normale

Le pronostic d’un retour à une « vie normale » en 2022 ou après est majoritaire au sein de toutes les catégories de population.

Télécharger le rapport : Les Français et l’épidémie de Covid-19 – Vague 39

Crédits photo : Flickr – François Escriva