L’adhésion à un reconfinement national strict progresse et redevient majoritaire

L’inquiétude face à la propagation du virus est à un niveau élevé et progresse légèrement depuis le 10 février (76%, +3)

76% (+3 points depuis le 10 février 2021) des Français se disent inquiets de la propagation du Covid-19 en France, dont 24% (+2) très inquiets et 52% (+1) plutôt inquiets. A l’inverse, 24% (-2) ne sont pas inquiets, dont 20% (-1) pas vraiment inquiets et 4% (-1) pas du tout inquiets.

L’inquiétude est stable ou progresse légèrement au sein de toutes les catégories de population.

Elle demeure plus importante avec l’âge : 64% des 18-24 ans se disent inquiets, et 82% des 65 ans et plus.

L’adhésion à un reconfinement national strict progresse et redevient majoritaire

7 Français sur 10 favorables au confinement des régions les plus touchées

54% (+11 points en deux semaines) des Français sont favorables à l’instauration d’un confinement national comme le premier de mi-mars à mi-mai 2020, dont 30% (+7) assez favorables et 24% (+4) très favorables. A l’inverse, 45% (-12) sont opposés, dont 24% (-3) assez opposés et 21% (-9) très opposés.

La majorité des électeurs du 1er tour de la présidentielle 2017 sont favorables à un reconfinement national strict à la faveur de hausses importantes : Jean-Luc Mélenchon (61%, +20), Emmanuel Macron (57%, +14), François Fillon (54%, +18), et les abstentionnistes (52%, +10). Les électeurs de Marine Le Pen font exception et demeurent partagés (50%, =).

L’assentiment à un reconfinement national strict progresse fortement chez les Français de plus de 35 ans (51%-58%, de +13 à +18 selon les tranches d’âge). A l’inverse, la part de Français favorables est relativement stable chez les 18-24 ans (52%, +2) et baisse chez les 25-34 ans (49%, -4).

70% de l’ensemble des Français sont favorables au confinement des régions les plus touchées par l’épidémie avec les mêmes restrictions qu’au 1er confinement (mi-mars à mi-mai 2020), dont 35% très favorables et 35% assez favorables. A l’inverse, 29% sont opposés, dont 17% assez opposés et 12% très opposés.

Parmi les Français résidant au sein des 19 départements actuellement concernés par un confinement, 60% sont favorables contre 39% opposés.

Les électeurs d’Emmanuel Macron (83% favorables), de François Fillon (79%), de Benoît Hamon (80%) sont les plus favorables. En comparaison, ceux de Jean-Luc Mélenchon (66%) et surtout de Marine Le Pen (59%) le sont moins.

Les 65 ans et plus y sont particulièrement favorables (80%), les 25-34 ans sont plus partagés (55%). Les autres tranches d’âge oscillent entre 69% et 73% d’approbation.

Pas de confinement fin janvier : les deux tiers des Français estiment qu’on a perdu du temps

Concernant la décision de l’exécutif de ne pas reconfiner le pays fin janvier, 66% des Français considèrent que nous avons perdu du temps face à l’aggravation de l’épidémie. A l’inverse, 34% estiment que nous avons gagné du temps et que cela nous a permis de vivre plusieurs semaines avec moins de contraintes.

L’idée selon laquelle nous avons perdu du temps en ne reconfinant pas le pays est majoritaire au sein de toutes les catégories de population et électorats, y compris chez les électeurs d’Emmanuel Macron (56%).

Une large majorité des Français s’attend maintenant à un reconfinement national dans les prochaines semaines

81% (+18 points en deux semaines) des Français pensent qu’il y aura un troisième confinement national dans les prochaines semaines, dont 31% (+11) certainement et 50% (+7) probablement. A l’inverse, 19% (-18) n’anticipent pas de nouveau confinement, dont 16% (-15) probablement pas et 3% (-3) certainement pas.

La perspective d’un reconfinement national progresse et est largement majoritaire au sein de toutes les catégories de population et électorat. Population la moins favorable aux mesures de restriction, les 25-34 ans en sont les plus convaincus (88%).

Confinement strict : les Français se disent prêts à tenir un mois en moyenne

1 Français sur 4 ne serait pas capable de le supporter

Invités à estimer la durée de confinement strict qu’ils pourraient supporter :

  • 23% des Français disent qu’ils ne pourraient pas du tout le supporter
  • 77% considèrent qu’ils pourraient le support au moins une semaine, dont 1% une semaine maximum, 11% deux semaines, 12% trois semaines, 29% quatre semaines, et 24% cinq semaines ou plus

En moyenne, les Français estiment qu’ils pourraient supporter un nouveau confinement strict pendant 4 semaines.

Un nouveau confinement strict serait insoutenable pour un tiers des 25-34 ans (34%) et pour 29% des 18-24 ans, une proportion qui diminue avec l’âge jusqu’à 17% chez les 65 ans et plus.

Près de 6 Français sur 10 déclarent qu’ils respecteraient de manière stricte un nouveau confinement « dur »

Si un reconfinement dur était mis en place dans les jours à venir, 57% des Français déclarent qu’ils le respecteraient de manière stricte, 35% disent qu’ils le respecteraient de manière générale mais en se permettant quelques exceptions. 8% déclarent qu’ils ne le respecteraient pas.

Si une majorité des 35 ans et plus déclarent qu’ils respecteraient de manière stricte un reconfinement « dur » (61%-68%), seuls 30% des 18-24 ans auraient cette intention (62% se permettraient quelques exceptions) et 45% des 25-34 ans (40% quelques exceptions, 15% ne respecteraient pas).

Près des deux tiers des Français acceptent de limiter leur vie sociale pour lutter contre l’épidémie

64% des Français considèrent que lutter contre l’épidémie de Covid-19 doit être prioritaire, même si cela limite significativement la vie sociale des Français. A l’inverse, 36% estiment que continuer à « vivre normalement » et préserver la vie sociale des Français doit être prioritaire, même si l’épidémie de Covid-19 continue de progresser.

Les 50 ans et plus sont une nette majorité à prioriser la lutte contre l’épidémie quitte à limiter la vie sociale des Français (72%), à l’inverse les 25-34 ans sont beaucoup plus partagés (51% vie sociale normale, 49% lutte contre l’épidémie).

Par rapport à notre mesure du 7 octobre 2020, soit au début de la deuxième vague de l’épidémie, la priorité accordée à la lutte contre l’épidémie baisse très légèrement (2 points) sur l’ensemble des Français, mais diminue fortement chez les plus jeunes : les 18-24 ans (56%, -11) et les 25-34 ans (49%, -9).

Une majorité de Français favorable à la fermeture des lycées et collèges
Ils sont plus partagés pour les écoles maternelles et primaires

Concernant la situation des établissements scolaires, une majorité de Français souhaite que les lycées (59%) et les collèges (57%) soient fermés. Les parents de collégiens sont une courte majorité à souhaiter la fermeture des collèges (53%), les parents de lycéens sont plus partagés vis-à-vis des lycées (50% fermer, 49% laisser ouverts).

Les Français sont plus partagés à l’égard des écoles maternelles (51% laisser ouverts, 48% fermer) et des écoles primaires (51% laisser ouverts, 48% fermer). Les parents directement concernés sont également partagés, leur opinion est similaire à celle de l’ensemble des Français.

Pour ces 4 types d’établissement scolaire, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon souhaitent plus fortement une fermeture (69% collèges, 68% lycées, 65% écoles primaires, 64% écoles maternelles).
Les électeurs d’Emmanuel Macron sont les plus favorables au maintien de l’ouverture des écoles maternelles (59%) et primaires (58%). Mais, comme l’ensemble des Français, ils sont une majorité à souhaiter la fermeture des collèges (56%) et des lycées (61%).

La confiance en l’exécutif pour lutter efficacement contre l’épidémie est stable à un faible niveau (32%, +1)

32% (+1 point en une semaine) des Français déclarent faire confiance à l’exécutif pour lutter efficacement contre l’épidémie de Covid-19, dont 6% (+1) tout à fait confiance et 26% (=) plutôt confiance. A l’inverse, 68% (-1) des Français ne font pas confiance, dont 36% (=) pas vraiment confiance et 32% (-1) pas confiance du tout.
Après avoir atteint la semaine dernière son niveau le plus bas enregistré depuis le début de la crise, la
confiance en l’exécutif est relativement stable cette semaine.

63% des électeurs d’Emmanuel Macron lui font confiance pour lutter contre l’épidémie, 40% des électeurs de François Fillon, 24% de Benoît Hamon, 12% de Marine Le Pen, et 29% des abstentionnistes.

Après une forte baisse la semaine passée, la confiance en l’exécutif rebondit chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (20%, +6) mais demeure largement minoritaire.

La confiance en l’exécutif progresse chez les 65 ans et plus (41%, +9), mais baisse chez les 50-64 ans (28%, -6).

D’un point de vue socio-professionnel, les cadres font davantage confiance (43%, +6) que les professions intermédiaires (28%, -9) et les catégories populaires (22%, -4).

Les deux tiers des Français favorables à un report des Régionales et Départementales à l’automne 2021

67% des Français estiment qu’il faut reporter les élections régionales et départementales à l’automne 2021, contre 33% qui souhaitent les maintenir aux dates prévues (13 et 20 juin 2021).

La volonté de reporter ces élections est majoritaire au sein de toutes les catégories de population et électorats, et est particulièrement importante chez les 50-64 ans (74%).

L’inquiétude vis-à-vis de la propagation du virus contribue à en souhaiter leur report : 71% des Français inquiets souhaitent les reporter à l’automne, contre 51% des Français pas inquiets.

Crédits image : Flickr / Jacques Raymond