Les Français et la conjoncture économique

Les Français croient à une reprise progressive de l’économie…

61% des Français considèrent que l’économie française redémarre. Ce sentiment majoritaire est à nuancer car seuls 6% estiment qu’elle va s’améliorer « rapidement », et 55% « lentement ». 38% pensent qu’elle ne redémarre pas.
Par rapport à la mesure des 1er et 2 aout 2017, le sentiment d’un redémarrage est en hausse dans l’opinion publique (+6). Ce taux avait déjà enregistré une hausse de 10 points entre mai 2016 et aout 2017.

Cependant, la perception d’un redémarrage diffère selon la situation des répondants : il atteint 65% parmi les catégories sociales moyennes et supérieures, alors que les catégories populaires sont plus partagées (52% « redémarre », 48% « ne redémarre pas »).
D’un point de vue politique, une majorité des électeurs de 1er tour d’Emmanuel Macron (92%) et de François Fillon (74%) jugent que l’économie redémarre alors que ce constat est plus nuancé voire minoritaire auprès des électorats de Jean-Luc Mélenchon (49%) et de Marine Le Pen (44%).

… mais restent sceptiques sur la baisse du chômage.

32% des Français pensent que le chômage baissera avant fin 2019. Les propos tenus par Emmanuel Macron dans le journal espagnol El Mundo, évoquant « des résultats significatifs au bout de 18 à 24 mois après la réforme du Code du travail » ne semblent pas recueillir un écho majoritaire au sein de l’opinion publique. En effet, 68% pensent qu’il baissera « plus tard ».

Le pronostic d’Emmanuel Macron est minoritaire auprès de l’ensemble des catégories de population, même si l’optimisme est sensiblement plus élevé auprès des catégories sociales moyennes et supérieures (35%) et des retraités (40%).
D’un point de vue politique, seuls les électeurs de 1er tour d’Emmanuel Macron sont une majorité à partager son pronostic (62%). Les autres principaux électorats estiment qu’il baissera plus tard (57% à 86% selon l’électorat).

Chômage et lutte contre le terrorisme sont les priorités d’action pour 2018 selon les Français.

Invités à classer les trois priorités d’action pour 2018 en termes de politiques publiques (parmi une sélection de 16 items), les Français placent en premières positions le chômage (49% du total des citations) et le terrorisme (43%). L’immigration arrive en 3ème avec 34% de citations au total.
Le Top 6 est complété par la croissance économique (24% du total des citations), la protection sociale (24%) et la sécurité (21%).
A noter que, si leurs choix devaient se limiter à une possibilité de réponse, le terrorisme serait légèrement en tête (26% cité en 1er) devant le chômage (21%).

Le prisme politique fait apparaitre des divergences quant aux priorités d’actions pour 2018 :
– Auprès des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, le chômage constitue assez nettement la première priorité (50%), suivi plus loin par la protection sociale (30%), la justice sociale (30%), le terrorisme (27%) et l’environnement (26%).
– Auprès des électeurs d’Emmanuel Macron, le chômage (57%) devance assez largement la croissance économique (39%) et le terrorisme (37%).
– Auprès des électeurs de François Fillon, le terrorisme (49%) et le chômage (48%) devancent l’immigration (42%) et la croissance économique (25%).
– Auprès des électeurs de Marine Le Pen, l’immigration arrive en tête (62%), devant le terrorisme (51%) et le chômage (43%).

Télécharger ici : Les Français et la conjoncture économique / Sondage ELABE pour Les Echos, Radio Classique et l’institut Montaigne

Partager cet article

Copyright © ELABE 2015

Plan du site - Mentions Légales