Quelle représentativité pour la démocratie ?

La surreprésentation de CSP+ au Parlement est tout à fait fidèle à la vision initiale des auteurs de la Constitution française selon Gil Delannoi, chercheur en sciences politiques au CEVIPOF. Les citoyens s’irritent dorénavant de cette réalité parce que les élus paraissent davantage impuissants devant la suprématie de l’économie sur les décisions politiques. Instituer une démocratie mieux représentative de la population avec un mode de scrutin par tirage au sort et non par vote, pourrait-il répondre aux attentes citoyennes actuelles ? Pour Gilles Delannoi, tout dépend du mode de représentativité souhaité. Dans un système de représentation active, la procédure de tirage au sort s’effectuerait parmi un cercle de personnes expertes. Avec une représentation en miroir, le tirage au sort s’opère à l’échelle globale et permet de donner une image fidèle de la population. Cette seconde option repose sur le postulat que la politique est l’affaire de tous et que tous les Hommes sont capables d’un jugement moral et politique suffisant pour représenter les intérêts de la collectivité. Une affirmation théorique qui gagnerait à être testée selon le chercheur, à l’échelle locale.

A lire sur Sciences Humaines.

Partager cet article

Copyright © ELABE 2015

Plan du site - Mentions Légales