Les « primaires citoyennes » – Vague 3

L’intérêt pour les « primaires citoyennes » se stabilise.

43% (stable par rapport à la vague précédente réalisée du 11 au 13 janvier) des personnes interrogées par Elabe pour BFMTV du 15 au 18 janvier déclarent s’intéresser à la campagne des « primaires citoyennes » organisées par le Parti socialiste et ses alliés pour désigner leur candidat à l’élection présidentielle, tandis que 56% (stable) déclarent ne pas s’y intéresser. Dans le détail, cet intérêt minoritaire se vérifie quasiment toutes catégories de population confondues, indépendamment de la classe d’âge, de la catégorie socioprofessionnelle ou du lieu de résidence des personnes interrogées. A quelques jours du premier tour, les hommes apparaissent toutefois nettement plus intéressés que les femmes (50% contre 39%). Les plus intéressés par le scrutin sont les cadres et les professions intellectuelles supérieures : 55% s’y intéressent contre seulement 37% des ouvriers qui apparaissent comme le segment de population le plus distant des primaires.

Compte-tenu du caractère partisan du scrutin, l’intérêt exprimé pour la campagne s’avère sensiblement plus élevé à gauche qu’à droite (67% contre 42%) ou au Front national (28%) et chez les sans préférence partisanes (28%). Toutes familles politiques confondues, ce sont les sympathisants du Parti socialiste qui apparaissent comme les plus intéressés, à hauteur de 73% (+1), devant ceux du Front de gauche (65%, stable) et ceux d’Europe Ecologie / Les Verts (54%, +3).

Le potentiel de participation au premier tour des « primaires citoyennes » gagne un point, à 6%.

Alors que le potentiel de participation mesuré lors de la vague précédente (11 au 13 janvier) était de 5%, ce score progresse d’un point mais apparaît toujours sensiblement inférieur à celui de la primaire de la droite et du centre en novembre dernier. Par extrapolation, ce résultat porte à 2,6 millions le potentiel de votants au premier tour de la primaire, le 22 janvier, mais il pourrait être pénalisé par un nombre moins important de bureaux de vote qu’en novembre à droite ou lors des primaires citoyennes de 2011.

D’un point de vue politique, c’est auprès des sympathisants socialistes que le potentiel de participation apparaît le plus élevé : 18% d’entre eux se disent « absolument certain d’aller voter », soit un score en hausse de 2 points par rapport à notre précédente enquête. Il atteint 10% (+1) chez les sympathisants du Front de gauche, et 9% (+5) chez ceux d’Europe Ecologie / Les Verts. La proportion de sympathisants de la droite et du centre manifestant leur intention d’aller voter au premier tour reste résiduelle (2%, inchangé). A titre de comparaison, 21% des sympathisants de la droite et du centre, dont 24% des sympathisants LR, se déclaraient « absolument certain d’aller voter » d’aller voter à quelques jours du premier tour de la primaire de la droite et du centre organisée le 20 novembre 2016.

Manuel Valls (28%, -3) et Benoit Hamon (28%, +3) font jeu égal en termes de souhaits de victoire exprimés par les sympathisants de gauche, devant Arnaud Montebourg (24%, inchangé).

Etant précisé qu’il ne s’agit pas ici d’intentions de vote mais de souhaits exprimés par l’ensemble des 1 407 sympathisants de gauche interrogés mêlant par conséquent votants et non votants au scrutin du 22 janvier, Manuel Valls est rattrapé par Benoît Hamon, suite à une baisse de 3 points de l’ex-Premier ministre et une hausse du même nombre de points pour l’ancien ministre de l’Education nationale. Arnaud Montebourg est proche mais légèrement en retrait avec 24% (inchangé). Vincent Peillon (5%, -3) et Sylvia Pinel (5%, inchangé) arrivent ex-aequo en quatrième position, suivis par François de Rugy (3%, inchangé) et Jean-Luc Benhamias (3%, +2).

Plus en détail, Manuel Valls arrive toujours nettement en tête des souhaits de victoire exprimés par les seuls sympathisants socialistes, tandis que ceux de la gauche non-socialiste lui préfèrent Benoît Hamon et Arnaud Montebourg. Plus précisément, auprès des sympathisants socialistes uniquement, Manuel Valls obtient 40% (-3) des souhaits de victoire, assez largement devant Benoît Hamon (24%) en hausse de 5 points, puis Arnaud Montebourg (22%, +1) et Auprès des sympathisants de la gauche non-socialiste (principalement composés de sympathisants Front de gauche), Benoît Hamon est en tête des souhaits de victoire (32%, -2), devant Arnaud Montebourg (26%, inchangé) et Manuel Valls (16%, +1).

 Les motivations du vote diffèrent nettement selon les souhaits de victoire exprimés.

Invités à se prononcer sur la motivation première de leur vote, les participants potentiels au 1er tour des « primaires citoyennes » sont 51% à répondre faire leur choix de vote avant tout pour désigner celui qui porterait le mieux les valeurs de la gauche pendant la campagne présidentielle. 48% préfèrent en revanche désigner celui qui ferait le meilleur Président de la République. Dans le détail, les partisans de Benoît Hamon se prononcent plus largement (69%) pour un choix guidé par la défense des valeurs de la gauche, alors que ceux de Manuel Valls sont davantage enclins à faire un choix avant tout pour désigner celui qui ferait le meilleur Président de la République (64%). Les partisans d’Arnaud Montebourg sont quant eux beaucoup plus partagés (52% penchent pour un choix dicté d’abord par la défense des valeurs de gauche, contre 47% pour désigner celui qui ferait le meilleur Président).

Télécharger ici : Les « primaires citoyennes » – Vague 3 / Sondage ELABE pour BFMTV

Partager cet article

Copyright © ELABE 2015

Plan du site - Mentions Légales