La moralisation de la vie politique

Plus de 3 Français sur 4 estiment que la plupart des femmes et des hommes politiques font passer leur intérêt personnel avant l’intérêt général.

En effet, 76% des personnes interrogées par Elabe pour BFMTV partagent cette opinion. A l’inverse, elles sont 23% à penser que cela ne concerne qu’une petite minorité des femmes et des hommes politiques.

Si ce constat majoritaire est dressé auprès de l’ensemble des catégories de population, ce sont les 25-34 ans et les 35-49 ans (83%) qui sont les plus nombreux à estimer que les politiques font passer leur intérêt personnel avant l’intérêt général, alors que les personnes âgées de 65 ans et plus ne sont « que » 67% à partager cet avis.

D’un point de vue politique, les sympathisants du Front National (89%) et les personnes se déclarant sans préférence partisane (83%) sont les plus nombreux à penser que les femmes et les hommes politiques font passer avant tout leur intérêt personnel, alors que les sympathisants « En Marche ! » et du MoDem apparaissent beaucoup plus nuancés (59% contre 41%).

Confiance au couple exécutif pour renforcer la moralisation de la vie politique : les Français apparaissent très partagés.

Alors que 51% des Français déclarent ne pas faire confiance (dont 18% « pas du tout confiance ») à Emmanuel Macron et au gouvernement d’Edouard Philippe pour renforcer la moralisation de la vie politique, 48% sont d’un avis contraire et leur accordent leur confiance (dont seulement 7% « tout à fait confiance »).

La défiance est encore plus prononcée auprès des 25-34 ans (54%) et des 35-49 ans (58%), ainsi que parmi les catégories sociales moyennes (55%) et populaires (58%). En revanche, l’exécutif obtient une confiance plus large auprès des personnes âgées de 65 ans et plus (55%) et des cadres (56%).

D’un point de vue politique, les sympathisants « En Marche ! » et ceux du MoDem octroient une très large confiance à Emmanuel Macron et Edouard Philippe (93%), de même que 62% de ceux du Parti socialiste. Les sympathisants de la droite sont plus partagés (48% leur font confiance et 50% ne leur font pas confiance). Les sympathisants de la gauche non-socialiste sont 63% à ne pas leur faire confiance, alors que la défiance est quasi-totale parmi les sympathisants FN (89%).

Les Français plébiscitent les mesures envisagées pour contribuer à la moralisation de la vie politique.

Invités à se prononcer sur quatre mesures qui pourraient être proposées par le gouvernement pour moraliser la vie politique, les Français y sont très largement favorables :

-Exiger un casier judiciaire vierge pour toute candidature à une élection (95% dont 81% « tout à fait favorable »),

-Interdire aux parlementaires (députés et sénateurs) d’exercer des activités de conseil (pour des entreprises, par exemple) pendant la durée de leur mandat  (93%, dont 72% « tout à fait favorable »),

-Interdire aux élus et aux ministres d’employer des membres de leur famille (91% dont 65% « tout à fait favorable »),

-Limiter à trois mandats successifs maximum pour une même fonction de parlementaire ou de président/maire d’un exécutif local (87% dont 60% « tout à fait favorable »).

Si les plus jeunes semblent légèrement moins favorables à chacune de ces mesures, elles transcendent très largement les clivages, sociaux ou politiques, et sont très majoritairement soutenues par l’ensemble des catégories de populations et des segments politiques.

Télécharger ici : Les Français et la moralisation de la vie politique / Sondage ELABE pour BFMTV

Partager cet article

Copyright © ELABE 2015

Plan du site - Mentions Légales